#Focus

 #Jazz : London Calling

Et si le renouveau du Jazz passait par Londres ? La question aurait pu paraitre saugrenue il y a encore quelques semaines. Londres est associé au rock ou à la pop, moins au Jazz. Et pourtant, une nouvelle scène en pleine effervescence s’installe et pourrait se propager d’ici peu au reste du monde. Suite →

Ecrit par Cyril Hely

Les Bons Conseils du DR Jazzophone

« Run Like a Fugitive » Ami(e) Jazzophoniste, l’été vient d’arriver et tu as enfin décidé d’appliquer cette résolution importante prise en début d’année : courir afin de développer ce corps de rêve que tu as habilement camouflé depuis de nombreuses années grâce à une hygiène de vie clairement déplorable. Suite →

Ecrit par Cyril Hely

#Chronique #Souvenirs #70ans Nice Jazz Festival : Datskat

Lorsque Franck m’a proposé d’écrire quelques lignes sur un de mes plus beaux souvenirs du Nice Jazz Festival, une certaine tendance à la facilité et la paresse, doublée d’une mémoire de poisson rouge, m’ont incité à scruter l’année 2017. La prestation mystique du prophète Kamasi Washington étant déjà abordée par une autre camarade, j’ai dû me résoudre à l’impossible : parcourir le passé glorieux du Nice Jazz Festival à la recherche de ma madeleine de Proust.

Suite →

Ecrit par Cyril Hely

Les bons conseils du Docteur Jazzophone

Ami(e) lecteur(trice) du Jazzophone, je perçois ton regard dubitatif à la simple lecture du titre de cette chronique. Tu te demandes en quoi je vais pouvoir t’aider et surtout pourquoi je me permets de te tutoyer. Passons sur le second point, sans intérêt, et concentrons-nous sur le premier : je suis là pour te sortir des ennuis dans lesquels tu t’es mis tout seul.

En effet, lorsque tu as rédigé ton curriculum vitae, tu as bien précisé que le jazz était une de tes passions (sans oublier la littérature et le running à l’instar de tous les mythomanes que nous sommes). Malheureusement pour toi, le recruteur est également féru de jazz et il te pose aussitôt la question piège : quel type de jazz affectionnez-vous ?

Tu peux tenter de t’en sortir par toi-même. Prétendre que tu es à la pointe du jazz nordique en utilisant des noms de meubles d’une célèbre marque suédoise comme noms de groupe. Je te le déconseille car on ne peut pas dire que tu aies eu la main heureuse jusqu’à présent et ce serait dommageable que ton interlocuteur poursuive sur le dernier album de Nils Landgren Funk Unit. Echec et mat !

Du coup, qui va être ton ange gardien ? Le Docteur Jazzophone !

Solution n°1 : tu peux utiliser la pirouette Miles Davis. Le garçon a traversé tous les courants du jazz et la probabilité est très faible que la personne en face de toi n’apprécie pas au moins un disque voire une période. Laisse-le venir et tu n’auras plus qu’à acquiescer en bougeant la tête comme un chien sur la plage arrière d’une voiture.

Solution n°2 : tu es d’un naturel fourbe et tu lances en pâture le nom d’Avishai Cohen. Dubitatif, le recruteur te demande « lequel ? ». Tu le regardes d’un air condescendant en disant : « le meilleur des deux ». Fin de la conversation. Il n’osera poursuivre sur sa lancée de peur d’être ridicule.

Solution n°3 : tu as décidé de suivre le chemin de la raison et de t’intéresser de plus près à cette ligne inscrite dans ton cv. Le Docteur Jazzophone va t’accompagner dans cette démarche constructive et te livre sur un plateau le Top 3 des albums qui tournent actuellement sur sa platine : le pianiste Alfa Mist « Antiphon » (le titre introductif de presque 11mn, « Keep on », est un des morceaux de l’année), le trompettiste Ambrose Akinmusire « A rift in decorum (live at the Village Vanguard) » (quel enthousiasme) et Maurice Brown, trompettiste également, « The mood » (mélange soul & Jazz).

Si après cela, le recruteur reste hermétique et sceptique, nous t’autorisons à lui communiquer l’adresse du Jazzophone. Nous nous occuperons du service après-vente avec un stage de rééducation auditive.

Ecrit par Cyril Hely

#JAZZ&HISTOIRE Soul of a Nation

Nous sommes en mai 1963 lorsque James Baldwin rencontre, en comité restreint, Robert Kennedy qui était encore procureur général (son frère sera assassiné en novembre). L’écrivain résume l’entretien de manière cinglante : « je me rappelle lorsque l’ancien procureur général, Mr Robert Kennedy, a dit qu’il était concevable que, dans 40 ans, en Amérique, nous puissions avoir un Président noir. Ça ressemblait à une déclaration très émancipatrice pour les blancs. Mais ils n’étaient pas à Harlem quand ils ont entendu cette déclaration. Ils n’ont pas entendu les rires et l’amertume et le mépris avec lesquels cette déclaration a été accueillie. Du point de vue de l’homme d’Harlem chez son barbier, Bobby Kennedy vient d’apparaitre hier et il est déjà sur le point d’être Président. Nous étions là depuis 400 ans et il nous dit que, peut-être dans 40 ans, si vous êtes bon, nous vous laisserons peut-être devenir Président ».

C’est la première image qui vient à l’esprit lorsque l’on visite l’exposition « Soul of a nation Art in the edge of Black power » au Tate Modern à Londres (jusqu’au 22 octobre 2017). Nous entrons de plain-pied dans les années 70, une période de bouillonnement artistique intense pour permettre l’expression d’une fierté retrouvée. L’affiche de l’exposition est symbolique avec ce tableau de 1969 de Barkley L. Hendricks où il se dessine nu avec un tee-shirt de Superman et intitulé : « Icon for my man Superman (Superman never saved any black people Bobby Seale) ». La partie entre parenthèses est une citation de Bobby Seale, célèbre activiste et co-fondateur du parti des Black Panthers lors de son procès la même année.

Outre l’intérêt artistique passionnant (peinture, sculpture, dessin …), nécessaire pour s’imprégner de cette période, les commissaires de l’exposition ont eu l’excellente idée de compléter cette manifestation par la sortie d’un double album (clin d’œil aux amis du vinyle) reprenant le visuel de l’affiche et intitulé « Soul of a nation Afro-centric visions in the age of Black power Underground jazz, street funk & the roots of rap 1968-79 » (Soul Jazz Records). L’assassinat de Martin Luther King en avril 1968 vient définitivement sonner le glas d’une vision idéaliste d’un vivre ensemble, certes nécessaire à cette époque pour faire avancer les droits des noirs américains. L’Amérique entre de plain-pied dans une période de contestation et de revendication d’une identité noire assumée : « Say it loud ! I’m black and I’m proud ».

Il était impensable que la musique soit imperméable à cette lame de fond. Le principal sentiment qui transpire ce parcours musical est l’appropriation de racines africaines trop longtemps occultées. On sent également un mouvement de liberté et d’affranchissement des règles imposées par la société … et l’industrie du disque (autoproduction, morceaux non calibrés pour les radios).

Les deux têtes d’affiches sont Roy Ayers en version Ubiquity avec « Red, black and green » (les couleurs de la révolte) et Gil Scott-Heron et son « The revolution will not be televised » (personnellement j’aurai plutôt opté pour « Home is where the hatred is » ou « Lady Day and John Coltrane » extraits du même album).

Les producteurs n’ont pas hésité à aller plus loin et à mettre en valeur de véritables pépites. Joe Henderson et son saxophone s’invitent avec un magnifique « Black narcissus » extrait de l’album « Power to the people » où il est accompagné de Ron Carter, Herbie Hancock, Jack de Johnette et Mike Lawrence. Doug Carn exprime sa foi musulmane en citant des sourates du Coran pendant 5 min de jazz funk très dansant (« Suratal Ihklas »). Je citerai également Carlos Garnett, autre saxophoniste talentueux qui a exercé auprès de Miles Davis ou d’Art Blakey’s Jazz Messengers, et qui propose un « Mother of the future » enflammé, apparu sur l’album « Black love » (1974).

Bien évidemment, d’autres artistes talentueux partagent l’affiche de ce superbe objet. Parcourir l’intérieur de la pochette est un régal avec un texte d’accompagnement complet et détaillé et de nombreuses photos. L’écoute de cet album doit vous inciter à poursuivre l’exploration de cette période très riche. Un petit Lonnie Liston Smith serait un premier pas engageant.

Ecrit par Cyril Hely

Jazz in Israël

JAZZ IN ISRAEL (par Cyril HELY)

Le nom d’Israël revient régulièrement dans l’actualité, associé à des thématiques de géopolitique, de géostratégie ou d’économie. Mais, c’est oublier le bouillonnement culturel, au travers du cinéma (une pensée pour la regrettée Ronit Elkabetz), de la télévision (les séries « Hatufim » ou « False flag ») ou de l’architecture (les fameux immeubles de style Bauhaus de Tel-Aviv).
Et le jazz dans tout ça, me direz-vous ? Rassurez-vous, la scène israélienne se porte à ravir. Elle a su développer au fil des années sa spécificité en mélangeant les influences traditionnelles de cette musique avec ses propres sources d’inspiration liées à son environnement culturel (musique orientale, musique klezmer). Le tout en maintenant un axe privilégié entre Tel-Aviv, New York et Paris.
Le plus visible médiatiquement pour le grand public reste Avishai Cohen, contrebassiste de talent. Remarqué par Chick Corea dans les années 90, Avishai Cohen s’est rapidement imposé comme une valeur sûre. Il est devenu une sorte de parrain de la scène jazz au travers du label qu’il a créé ou du festival de jazz d’Eilat dont il assume la direction. J’ai un faible pour l’album « Aurora » sorti en 2009 sur le label Blue Note. Pour la première fois, Avishai Cohen pose sa voix sur plusieurs morceaux en anglais, en hébreu et même en espagnol. Il intègre parfaitement des instruments tels que l’oud ou la derbouka en complément des plus traditionnels piano, batterie ou contrebasse avec, en point d’orgue, « Alon basela » (littéralement, un chêne dans la roche).
À l’instar de Miles Davis, il est intéressant de porter une attention particulière aux musiciens ayant travaillé, plus ou moins régulièrement, avec Avishai Cohen. En tirant la pelote de laine, nous arrivons à un pianiste qui a collaboré sur quatre albums, Shai Maestro. Plus jeune qu’Avishai, il est tout aussi talentueux. Shai Maestro, à la tête de son trio, a une approche plus classique du jazz et les convergences avec des influences extérieures sont plus subtiles, moins frontales. Sa musique est empreinte de légèreté, de fluidité, de délicatesse. On flirte parfois avec de l’hypnotique. Depuis 2010, le trio a sorti quatre albums dont le récent « The stone skipper » (2016) qui est pour moi, à ce jour, l’album le plus abouti.
Qui dit Shai Maestro, dit … Avishai Cohen. Je ne radote pas, je vous rassure. Je parle de l’autre Avishai, le trompettiste. Nous restons en compagnie de la nouvelle génération, mais basculons du classique vers le traditionnel. Pour autant, cela est très réducteur. En effet, Avishai « Trumpet Man » Cohen est également connu comme membre du Wu-Tang-Clan du jazz israélien, Third World Love. Le parallèle est certes audacieux, mais, si le Wu regroupait de multiples talents, Third World Love n’est pas en reste avec une association de All stars : Avishai Cohen, Omer Avital (contrebasse, oud), Yonathan Avishai (piano) et Daniel Freedman (batteur) même si ce dernier n’est pas né en Israël. La première écoute de « Sketchs of Tel-Aviv », 3ème album du quatuor, est une claque salutaire qui consacre quatre musiciens et compositeurs exceptionnels. Personnellement, j’ai un faible pour le morceau « Hareshut » (la permission) avec ses accents orientaux et ses chants en hébreu.
Restons sur un des membres du quatuor, Omer Avital. Ce dernier a un positionnement particulier, car il est à la fois initiateur de cette scène jazz et un des acteurs majeurs. Plus âgé que ses petits camarades, Omer est initialement contrebassiste (certains le surnomment le Charles Mingus israélien). Après avoir collaboré avec Wynton Marsalis, Brad Mehldau ou Kenny Garrett, il retourne en Israël pour compléter son background en étudiant l’oud. Ses albums sont les carrefours d’influences multiples, allant de musiques traditionnelles à des musiques urbaines, passant du Moyen-Orient à Cuba, tout en conservant une cohérence et une structuration. « Arrival » enregistré en 2006 (avec la magnifique « Song for Amos ») ou le récent « Abutbul music » symbolisent cette créativité sans cesse renouvelée.
Il est important d’évoquer le cas Yaron Herman. Venu tardivement, et par accident, au piano (16 ans), c’est aujourd’hui un virtuose capable de travailler des chansons pop comme « Toxic » de Britney Spears ou de développer un projet plus classique (album « Variations », seul au piano, même si on en doute parfois comme à l’écoute de la reprise de Sting « Fragile »). Son dernier opus « Y » confirme cette prédisposition à mixer des inspirations très diverses avec des accents rock et des compositions chantées.
Il est agréable de poursuivre cette flânerie musicale dédiée à la scène jazz israélienne en évoquant par exemple le pianiste Omri Mor, mais la rédaction du Jazzophone me rappelle à la triste réalité de mes 4300 caractères largement dépassés.

Ecrit par Cyril Hely

Le Jazz & le Hip Hop

Lors d’une précédente livraison de l’excellent magazine Jazzophone, j’avais eu l’outrecuidance de taquiner les puristes de notre musique préférée en déclarant que le Jazz était une musique de vieux.

C’était bien évidemment une boutade. Afin d’apaiser d’éventuelles tensions, j’ai décidé cette fois-ci de trouver une thématique plus consensuelle : hip-hop et jazz sont-ils compatibles ?

Suite →

Ecrit par Cyril Hely
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone