Monte Carlo Jazz Festival 2018

A la fois rendez vous incontournable et point d’orgue de la saison automne / hiver 2017 de la planète jazz azuréenne le Monte Carlo Jazz Festival à l’instar des confrères niçois et juanais présente une programmation de plus en plus variée ouverte aux musiques actuelles ou tangentielles comme sont désormais appelées les musiques proches du jazz sans en être vraiment (soul et blues principalement).

Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto

GREGORY PORTER NAT « KING » COLE AND ME.

Qu’on se le dise, Gregory Porter, le géant Jazz/Soul s’impose mais peut être pas là  où nous l’attendions. En effet, fort du succès de ses derniers albums Be Good, Liquid Spirit, Take me to the Alley ainsi que son Live in Berlin tous plus  gorgés les uns que les autres  d’une grosse dose de soul fortement communicative,  le natif de Sacramento a décidé de retourner à ses fondamentaux, à sa base et à la musique qui le berçait enfant.

Suite →

Ecrit par David Rompteau

La Boîte à Musique #4

 

Nina Papa « Evidencia »par Gilbert D’Alto

Ce nouvel album de celle qui est  sans doute la meilleure chanteuse brésilienne de la Côte D’Azur  est le fruit de deux longues années de travail de Nina avec ses musiciens : Béatrice Aluni , piano, Marc Peillon, contrebasse, Cédric Ledonne ou Alain Ruart , batterie  ,  Frank Ledonne , percussions, sur des compositions originales écrites par Nina pour les paroles , en portugais ou en  français ( le très beau «  Cinq Terres », hommage à l’Italie ) et par Béatrice Aluni ou Marc Peillon, pour les musiques.  Album aux couleurs d’ailleurs plus jazzy que bossa nova, même si le Brésil est présent tout au long du disque, et dans lequel sont aussi  présents deux musiciens prestigieux, le jeune saxophoniste Baptiste Herbin, fabuleux, et le vétéran André Ceccarelli à la batterie. Un très beau disque qui va nous permettre de rentrer dans l’automne en gardant un goût d’été.

 

M&T@L : Hurlant (Alter-Nativ )

Par Jacques Lerognon

Après avoir rendu hommage au groupe Metallica en trio jazz, les trois membres de M&t@l, s’attaquent à un autre bastion, le mythique magazine de bandes dessinées Metal Hurlant. Le challenge était de composer et d’improviser à partir de six planches d’une expo à la Maison des Artistes de Chamonix. Peut-on imaginer du jazz S.F. ? Ils l’ont fait en 18 titres, 3 par planches de « Arzach et son Ptéroïde » ou « Un léopard ne peut pas changer ses taches » à « Univers parallèle » dont le troisième mouvement clos de façon magistrale et virulente l’album. Le saxophone de Thomas Puybasset mène la danse, instille la mélodie appuyée par le bassiste Laurent David, tous deux filtrés par de copieux pedalboards. Le batteur Maxime Zampieri propulse le vaisseau M&t@l vers un jazz progressif de la plus belle eau.

 

Ahmad Jamal, Marseille, 2017, Jazz Village par Benjamin Grinda

Dernier opus d’Ahmad Jamal, « Marseille » offre à la cité phocéenne un peu de lumière, celle-là même qui semble avoir éclairé certains moments de vie du grand pianiste de Pittsburgh. Accompagné de sa section rythmique désormais fidèle, le batteur Herlin Riley, le percussionniste Manolo Badrena et le contrebassiste James Cammack, le maître délivre ses dernières compositions avec la force tranquille qu’on lui connaît. N’en déplaise aux « ultras », Marseille n’est pas la première ville à laquelle rend hommage Ahmad Jamal. Fervent admirateur de la France, il s’était déjà énamouré de Paris. Cet album est ainsi, par-delà Marseille, un « cadeau à la France ». Malgré  l’intérêt bien mesuré de l’interprétation d’Abd-El-Malik sur le morceau éponyme, Marseille est un cadeau, tant il sonne juste, et tant il émane l’élégance et le rayonnement du pianiste prodige.

 

Joseph Leimberg – Astral Progressions – World Galaxy / Alpha Pup Records 2016 par David Rompteau

Mesdames et Messieurs, le commandant de bord Joseph Leimberg vous souhaite la bienvenue à bord d’Astral Progressions. Tout au long du trajet vous voyagerez en territoire jazz, balades, hip hop, funk et, la méditation totale sera au rendez-vous. Musique stellaire s’il en est je ne peux que recommander l’écoute totale de l’album pour vous imprégner du message humaniste et positif de Joseph. Ici tout est réverbération, écho, spontanéité et chorus virtuoses. La production léchée apporte à Astral Progression un petit je ne sais quoi de Jazz funk très « Old School », en tout cas il s’agit bien de  West Coast actuelle c’est certain. Le commandant de bord espère que vous ferez un bon voyage sur vos platines, car décidément, c’est une musique des étoiles qui a vu le jour.

 

French Monk

Thelonious Monk : Les Liaisons dangereuses (Sam Records/Saga Dist.)

Laurent De Wilde : New Monk Trio (Gazebo Records/L’Autre Dist.)

Le 10 octobre prochain, nous fêterons  le centenaire de la naissance de Monk. La planète jazz tout entière est en effervescence  pour contribuer à cet évènement.

Je suis  ravi d’avouer que la France relève largement le défi  grâce à deux albums.

Thelonious Sphere Monk, pianiste et compositeur le plus énigmatique du jazz reste  une source intarissable d’inspiration pour des musiciens téméraires à la recherche de leur propre « sphère » .

Laurent De Wilde spécialiste mondial de Monk, de par ses recherches,  articles, émissions , livres…partage son introspection,  avec un projet inédit, New Monk Trio  un disque entier, de musique de son idole pianistique.

Au programme  douze morceaux : dix compositions connues et moins visitées ; un  medley Monk Mix  issu d’autres airs de Monk aux saveurs des îles…du Monk tropical ! la trouvaille de Laurent, et un hommage Tune for T.

Le groove est le dénominateur commun de toute cette sélection. Laurent de Wilde, fait revivre  le côté fun et funky  de ce  maître du be-bop.

C’est bien là toute l’exemplarité  et l’originalité de  cette œuvre. Dès les premières notes du disque  sonne un Misterioso  relooké par un dérivé de soul, typique de notre époque…et le tout se conclut  sur le sifflement de Friday the 13th !!

Les Liaisons dangereuses cet ultime trésor caché du jazz sera enfin révélé dans sa totalité , a l’occasion de cet hommage. La B.O.F. du film de Roger Vadim, sorti en 1960 était un enregistrement studio et pas encore un live inédit de Monk. Édité dans la confidence à l’époque il n’avait  jamais été reédité, depuis. Cette oeuvre majeure, sort aujourd’hui, sous  forme d’un double CD, qui réunit  les morceaux utilisés dans le film,aussi de nombreux et vrais  bonus .dont  le making of de Light Blue   un challenge rythmique de 15 minutes …la démonstration  parfaite de la  richesse des compositions de Monk.

La cerise sur ce gâteau , la présence de Barney Wilen ! Mais oui, cette séance historique, où en plus de Monk et  de son quartet, est présent notre célèbre saxophoniste sudiste qui apportera sa French touch…comme il l’avait fait auparavant
avec Miles et la BOF d’ Ascenseur pour  l’Échafaud !

Sir Ali

Ecrit par Imago records & production

#JAZZ&CINEMA Clint Eastwood

 

 

Clint Eastwood est non seulement un excellent comédien et un grand réalisateur, mais c’est aussi un musicien (il joue de la guitare et du piano), et surtout un défenseur acharné et ambassadeur de la cause du jazz. Dès son premier long métrage en tant que réalisateur «  Play Misty for me‘»( ridiculement traduit ici par ‘’ Un frisson dans la nuit « ), le jazz est présent, et l’intrigue tourne d’ailleurs autour du fameux morceau de Errol Garner, Clint s’étant octroyé le rôle d’un D.J. de Jazz, et dans une scène du film nous avons même droit à quelques extraits du Festival de Jazz de Monterey ( Californie) avec une prestation du quintet de Cannonball Adderley.

Le jazz marque toute son œuvre et il confie souvent la musique de ses films à des jazzmen comme Lalo Schifrin, Lennie Niehaus ou même Michel Legrand, avant que celle-ci ne soit confiée à partir des années 2000 à son fils Kyle devenu un grand contrebassiste de jazz après avoir débuté au cinéma aux côtés de son père en 1982 dans «  Honky Tonk Man », film qui dévoile une autre facette des amours musicales de Clint : la musique country.

En 1988, poussé par son amour du jazz, Clint va réaliser un » biopic » sur la vie de son idole Charlie Parker. Le film, simplement intitulé  » Bird », sera présenté à Cannes et Forest Whitaker qui incarne Parker remportera le Prix d’interprétation masculine. Si le film obtient un grand succès, il est néanmoins critiqué par quelques aficionados pour certains défauts, l’absence dans le film du personnage de Miles Davis (seulement évoqué en une phrase) n’en étant pas un des moindres.

Clint reste ancré dans le be-bop est produit la même année un documentaire biographique sur Thelonious Monk, «  Straight no chaser ».

 

Il retourne en 2003 à ses amours jazzistiques en réalisant pour la série de documentaires produite par Scorsese « Piano Blues »  dédiée à son instrument favori et aux grands musiciens qui en sont maîtres : Ray Charles, Dr John, Dave Brubeck…il dit avoir voulu avec ce film rendre hommage au jazz et au blues «  deux des plus grandes formes d’art de l’Amérique »

Ecoutons ce que dit Clint quant à l’importance de la musique : «J’ai toujours pensé que la musique était l’un des éléments les plus importants de ma vie. Ou d’un long métrage. La musique ne doit pas être délaissée au profit des dialogues. Comme le scénario, les acteurs ou le réalisateur, la musique contribue au succès du film » . Chose que notre homme Clint est l’un des plus grands à maitriser.

 

 

 

Photo : Ray Charles & Clint Eastwood, copyright Bac Films.

Ecrit par Gilbert D'Alto

#INTERVIEW « L’arbre à sons » d’Eric Seva

 

Le nouveau projet musical du saxophoniste baryton Eric Séva débute fort bien après une résidence à Cannes dans le magnifique site de la villa Domergue suivid’un concert en août avec son quartet (1). Une nouvelle étape pour ce prolifique compositeur qui fût initié au jazz par le dessinateur Cabu avant d’être désigné par la revue Jazz Magazine pour son CD Nomade Sonore, choc de l’année 2015.

Une belle reconnaissance pour Eric Séva, 10 ans après son passage au sein de l’Orchestre National de Jazz dirigé par Franck Tortiller. Une carrière toujours en ébullition pour ce natif de Marmande dans le Tarn et l’intitulé de son nouveau projet  » L’ Arbre à Sons  » n’a rien du hasard quand on sait qu’en Afrique, on l’appelle aussi l’Arbre à Palabres, lieu de rassemblement pour s’exprimer librement à l’ombre d’un baobab, une image qui sied parfaitement à Eric Séva qui, depuis longtemps, visite toutes les musiques ( Les Silences Roumains de Bela Bartok) et voyage à travers le monde entre deux balades, seul en montagne avec un saxophone en bandoulière.

Eric Seva : …c’est un choc pour un nomade quand il se pose à la Villa Domergue qui surplombe la mer, je ne pensais pas que je trouverais une telle atmosphère, je dirais même un bruyant silence envoûtant avec en plus, au même moment, une exposition sur l’œuvre de Man Ray où j’ai découvert l’univers très diversifié de l’artiste, il a été un guide et une inspiration pour moi et, j’ai déjà un titre pour mon prochain CD « En regardant l’0 Domergue »

JP Lamouroux : Continuez-vous à voyager ?

Eric Seva : Je suis rentré du Venezuela où j’ai travaillé avec plusieurs Big Band dont, le Simon Bolivar et j’ai interprété une pièce que j’ai écrite pour orchestre symphonique et orchestre de jazz, il faut savoir que l’éducation musicale, dans ce pays est importante et commence très tôt, ce fût à l’initiative d’un grand monsieur, le maestro José Antonio Abreu.

JP L : Comment travaillez-vous ?

Eric Seva : Je compose généralement pour le quartet et j’arrange pour une grande formation avec l’aide précieuse de Khali Chahine qui a composé pour Nomade le morceau Guizeh ainsi que plusieurs arrangements que j’avais emportés au Venezuela…j’ai besoin de temps pour écrire la musique, pour moi, les compositions, ce sont des histoires…je pense aux gens qui vont écouter, bien assis, ils doivent à travers ces sons, cheminer comme une promenade, inventer des paysages, des moments, un peu comme de jolis rêves, je tends une passerelle avec eux et de mon côté, c’est un peu çà aussi, quand je compose, par exemple en montagne, j’ai mon dictaphone et mon sax, à chaque arrêt dans un chemin, j’imagine, je rêve aussi et je joue les premières notes de ce rêve.

JP L : Vous êtes fidèle depuis longtemps aux musiciens qui enregistrent avec vous, qu’en est-il ?

Eric Seva : Ces musiciens sont devenus des copains, je ne me vois pas les abandonner, de plus, souvent, j’écris pour trois voix ,j’ai développé un son, je connais les capacités de chacun ,ils savent que je laisse des grandes plages d’improvisations et qu’ils vont profiter de ces moments pour s’exprimer à fond, il n’y a pas de routine malgré les 50 concerts que nous avons faits ensemble, au contraire, je suis surpris à chaque fois d’une nouvelle ligne de sons.

JP L : Que faites-vous en dehors de la musique ?

Eric Seva : J’aime lire, je suis attiré par tout ce qui est méditation et, bien sûr, je suis du Sud-Ouest, de savoir que je vais vous parler de foie gras et de magret de canard, me fait déjà saliver !!!

Moment émouvant lors de ce concert, en rappel, le quartet a joué Cheeky Monkey, une musique dédiée aux 12 personnes disparues le 7 janvier dans l’attentat de Charlie Hebdo. En attendant le CD qui aura une couleur Domergue et Man Ray regardant la Côte d’Azur, c’est Body and Blues enregistré en janvier qui va sortir ces prochains jours ;

-Eric Seva – Saxophone Baryton

-Bruno Schorp – contrebasse

-Daniel Zimmerman – trombone

-Mathieu Chazarenc – batterie

ericseva.com/fr/actualites/

Ecrit par Jean-Pierre Lamouroux

#LIVEREPORT : Festival Les émouvantes à Marseille

C’est plein d’entrain que le chroniqueur du Jazzophone a pris le chemin de la cité phocéenne pour découvrir et vous faire découvrir, ce beau festival qu’est « Les émouvantes« . Quatre soirées de chacune deux concerts organisées par Emouvance, la compagnie du contrebassiste Claude Tchamitchian. « Le rythme de la parole » était le thème de cette 5e édition. La voix comme instrument, comme vecteur d’émotions peut aller au-delà, ou ailleurs, que le « simple » chant. Le théâtre des Bernardines était donc le lieu idéal pour accueillir ses concerts, ces spectacles. Suite →

Ecrit par Jacques Lerognon

TYMANSKI YASS ENSEMBLE  » FREE TIBET »

L’heure est matinale et je compte les lumières des voisins qui s’allument une à une. C’est l’heure des yeux qui pleurent encore de la nuit, qu’elle fût douce ou moins bonne. C’est la moment du bol de café : il est tôt et c’est un moment prétexte à la rêverie et au voyage …

Suite →

Ecrit par David Rompteau

Live Report : Week end Jazz à Cannes et Coaraze

De retour d’Italie et du club La Mosca Bianca à Vintimille, l’équipe du Jazzophone se retrouva avec bonheur sur la très belle  place  de la Castre au Suquet, a  la vue époustouflante qui surplombe toute la ville de Cannes,.Un point de vue à couper le  souffle, qui servait d’écrin au « Tribute to Bill Evans » interprété par le Bernard Weidmann Trio, avec Fred Pérréard, piano (électrique, hélas), Pierrre Marcus (contrebasse) et , bien sur, Bernard Weidmann, batterie, dans le cadre du « Suquet des Arts » manifestation artistique et gratuite. Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone