Tremplin du Nice Jazz Festival 2017 – Les 6 finalistes

La 4ème édition du Tremplin du Nice Jazz Festival révèle les artistes sélectionnés

les 06 et 07 Juillet 2017

nice jazz festival tremplin

La capitale azuréenne est la terre natale de nombreux jazzmen. Une notoriété internationale qui permet aujourd’hui à la Ville de Nice, en collaboration avec l’association Imago records & production d’organiser le jeudi 06 et le vendredi 07 Juillet 2017 le tremplin du “Nice Jazz Festival“, destiné à promouvoir des formations de jazz français et de musiques improvisées, domiciliées en France, du duo au sextet maximum. Suite →

Ecrit par LaRuche

#INTERVIEW Marc Peillon « 40 ans de carrière »

MARC PEILLON : QUARANTE ANS DE CARRIÈRE

Propos recueillis par Yaël Angel

Contrebassiste reconnu, directeur adjoint du conservatoire intercommunal du SIVOM de Villefranche-sur-Mer, professeur de basse et de contrebasse au conservatoire d’Antibes, organisateur d’évènements, Marc Peillon a bien quatre cordes à son arc, comme son instrument !

C’est aussi un penseur de la musique et de la vie.

« J’ai beaucoup de chance »

J’ai eu la chance de pouvoir construire ma vie autour de ma passion qu’est la musique. À 18 ans, j’ai sillonné la France avec l’orchestre de Jean-Claude Lauran. On jouait de la variété dans les bals. Moi, j’apprenais le métier. Puis, en 1985, j’ai décidé de jouer du jazz, de cette musique qui avait donné ses lettres de noblesse à mon instrument, la contrebasse. J’ai donc intégré le CNR de Nice et j’ai passé mon prix. J’ai besoin de la créativité du Jazz, cet art instantané.

« J’ai décidé de transmettre la joie  »

La musique n’est pas faite pour être mise en boite. À mon avis, l’invention de l’enregistrement est une énorme erreur. On perd les vibrations, le message. La musique doit rester un évènement physiologique. En cela, elle est pour moi un médicament, une jubilation. De toutes les émotions, c’est la joie que j’ai décidé de transmettre. D’autres musiciens choisiront la contestation ou la spiritualité. Moi j’ai choisi la joie, même si ce n’est pas trop à la mode (rires).

« L’enseignement et l’organisation d’évènements m’ont équilibré »

Il y a 25 ans, j’ai ouvert ma vie à deux nouvelles activités : l’enseignement et l’évènementiel. J’avais besoin de prendre de l’altitude par rapport à la condition de musicien, qui nous oblige à nous « vendre », à attendre  » le  » coup de fil. L’enseignement et l’événementiel m’ont libéré de cette pression. Depuis, je me sens mieux et, paradoxalement, cela m’a rapproché de la scène. Je n’ai jamais autant joué.

En ce moment, on parle beaucoup de « Pepita Musiques et Cultures », cette association que j’ai créée lorsque j’ai mis en place le festival Cap Jazz à Cap d’Ail. Pepita, à l’époque, s’occupait également de Jazz au Village, un festival que j’avais créé à Villeneuve-Loubet. Avec la collaboration de Philippe Déjardin, l’association organise actuellement le « Saint Jazz Cap Ferrat » à Saint-Jean-Cap-Ferrat et des concerts dans divers clubs de la région.

« Je suis toujours à la recherche de nouvelles planètes »

Chaque projet musical est pour moi un univers. Je suis fidèle aux musiciens que j’aime et avec lesquels je joue depuis très longtemps comme Robert Persi, Jilly Jackson, Nina Papa, Jean-Luc Danna et Fabrizio Bosso. Je ne ménage cependant pas mes efforts pour créer de nouvelles aventures.

« La peur est ce que je redoute le plus »

Ecrit par Yael Angel

#PORTRAIT Olivier Giraudo

« Bon sang ne saurait mentir » c’est ainsi que l’on pourrait définir la carrière de ce grand musicien qu’est Olivier Giraudo. Guitariste, contrebassiste, enseignant et désormais producteur, Olivier Giraudo est né à Paris en 1964. Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto

Paroles de Jazz #5

Paroles de Jazz par Sebastien Chaumont

 


Nice a toujours donné au jazz, depuis qu’il a débarqué en France, avec le chewing-gum, les pin up et l’OTAN, une foultitude d’interprètes brillants. Des années bop aux années fusion on ne compte plus les sérieux clients made in Paca qui font encore d’une capitale l’autre, le bonheur des jazzophiles. 
Tenez! aujourd’hui même, Sous ses petits airs de « pierre et vacances » en travaux, il y bouillonne tout un potentiel inexploité de talents qui n’ont pas pour autant décidés de se laisser crever de faim ou d’ennui entre deux brunch de la st Sylvestre a « l’hôtel de Paris »… 
Si quelques uns ont développés entre autre dons celui de savoir se faire remarquer… d’autre sont simplement et absolument remarquables, notamment parce qu’ils n’ont pas senti le besoin d’outrageusement farder leur art… 

Olivier Giraudeau fait parti de ces musiciens extrêmement talentueux dont la passion discrète n’est pas pervertie par les lois de la nécessité. Loin s’en faut. Un intermittent bien au delà du spectacle, étranger aux branquignolades demi-mondaines de notre milieu… 

A sa façon, c’est un aristocrate… « Noblesse de son » oblige,
Dont la précision du jeu n’a d’égal que l’élégance du style.
Bopper tendance Led Zep… Bien loin des histrions de foire, qui s’ils n’ont rien à dire font quand même tout pour qu’on le sache, il a survécu aux abominables années 80 ou l’on se délectait alors de voir des jazzeux chevelus « se jouer dessus »sur fond de serinettes modales…

il est de la trempe des Chassagnite, Rovere ou Bellonzi qui n’hésitent pas à aller au feu des sentiments de la première à la dernière note sans en faire des caisses… De ceux qui vous prouvent par AABA que le jazz, lorsqu’il sait renoncer au « matuvuisme » ambiant et aux tartarinades à la mode est une musique bien vivante derrière laquelle il y a toute une façon d’envisager la vie et l’individu

..

Ecrit par Sébastien Chaumont