#CESTDUJAZZ CA ? Le Smooth-Jazz

 

C’est du jazz, ça ?
le smooth-jazz
Par Jean Bellissime
Tout genre génère un sous-genre, le Jazz comme le reste.
Pourquoi en irait-il autrement pour cet art que nous chérissons ?
Et dans ces arts qui au cours de leur longue existence ont donné naissance à des variantes, des mélanges, des versions, des interprétations, le jazz n’a pas échappé à ces aventures, à ces expérimentations, et certains (beaucoup ici je pense) écriraient : dérives.
Sans doute est-ce un genre mal-aimé des puristes, mais les gardiens du temple ont-ils toujours raison ? Et, en fait, c’est quoi le Smooth jazz ?
La première définition qui vient à l’esprit c’est de dire que c’est une musique qui privilégie la ligne mélodique .Elle semble naître dans les années soixante et, Wes Montgomery avec son disque « Bumpin » Verve 1965, devient de facto le leader de ce mouvement qui allait très vite éclater dans plusieurs directions .

Le Smooth jazz est un descendant du jazz Fusion, ainsi que d’une certaine manière du Latin jazz, mais il a perdu l’aspect enfiévré, électrisant, indomptable, de son père , c’est un jazz « doux ». Doucereux ? C’est toute la question. Il n’y a pas ici, de place pour l’improvisation, et c’est tout ce qui crée polémique pour savoir si on peut vraiment appliquer le mot « jazz » à cette musique qui privilégie le saxo alto ou soprano, la guitare, la guitare basse, les percussions, et les claviers électriques.
Pourtant comment peut-on ignorer ce phénomène qui est le plus vendu aux U.S.A. (oui, je sais le public U.S. ….) et qui a généré des centaines de radios spécialisées dans le monde, et en France sur les radios numériques. Qui a généré le pire par un côté terriblement commercial (non, pas de noms..), mais qui, ici ou là, a donné aux amateurs de beaux moments de grâce pure ; et surtout il me semble, a permis d’attirer un public de néophytes dans le domaine du Jazz venu parfois de la pop, du rock, voire du R&B.
S’il faut citer… le guitariste Ronny Jordan, la saxophoniste Candy Dulfer, ou des pionniers comme David Sanborn, Grover Washington Jr., George Duke, Earl Klugh, Joe Sample ou encore Bob James.


Alors c’est du Jazz ça ? Permettez-moi de ne pas me prononcer de manière trop tranchée, mais un artiste comme Michael Franks, par exemple laisse penser que oui …..Mais c’est un choix qui n’engage que moi..


Le Jazz et ses variantes? Il existe toujours le risque que quelque chose arrive, et, de façon inattendue, nous devienne nécessaire. Et là…….

Ecrit par Jean Bellissime

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone