#Chronique : Aida & Babak : Manushan

« D’origine Italienne, dans mes veines ne peut couler que café et vin ! Je garde cette même franchise et regard tranché concernant le Jazz. Pour moi, c’est de la musique noire Américaine et basta ! ».

J’étais donc gêné quand Sir Ali, mon vieil ami et confrère, m’a demandé de chroniquer le dernier album qu’il avait produit !! Ses indications jazzistiques et notre langage commun m’a fait découvrir la forêt derrière l’arbre. Manushan est une création sans frontières, d’un duo Iranien, Aida Nosrat (violoniste/ vocaliste) et Babak Amir Mobasher (guitariste). Leur musique est une concentration harmonieuse de nombreux genres musicaux ; l’Occident d’un côté, avec le jazz et notamment le jazz Manouche et le Flamenco… et l’Orient de l’autre, avec mélodies et poésie Persane. Une approche inédite, riche de compositions et d’arrangements simples et dépouillés, et orchestraux…qui n’entrent dans aucun format. Mais, la façon dont Aida Nosrat utilise les modes musicaux ancestraux pour créer un scat original et inédit, est une véritable gifle.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Jack OnJazz 31 octobre 2018 6 h 26 min / Reply

    Excellent ! À découvrir en effet 👍😎

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone