#Chronique : Anne Paceo « Bright Shadows »

Au carrefour de toutes les musiques, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier le nouvel album d’Anne Paceo. Pop, folk, jazz, électro, nu-soul, etc., tous les sons qui comptent aujourd’hui sont au rendez-vous. Pour ce brassage Anne Paceo s’entoure de cinq musiciens éclectiques venus de différentes galaxies musicales. Les chanteurs sont  Florent Mateo et Ann Shirley et leurs les voix sont à la fois différentes et complémentaires. Autour d’eux, le claviériste niçois Tony Paeleman, le guitariste Pierre Perchaud et le saxophoniste Christophe Panzani.

En neuf titres, elle prouve l’étendue de son talent, et la sincérité de son éclectisme. Dès le premier titre « Tomorrow » (significatif…) on comprend que Anne Paceo explore un peu les mêmes territoires que Robert Glasper ou Erikah Badu, un nu-jazz ouvert et contemporain, un patchwork d’influences diverses, plus seulement afro-américaines mais aussi européennes ou extra-occidentales. Néanmoins, la langue utilisée est ici l’anglais, cet espéranto du jazz. Pop bleutée, soul veloutée, quelques effluves ouest-africaines, un brin de trip-hop à la Morcheeba, une atmosphère « relax, baby, be cool » déchirée parfois par des fulgurances électriques… Un album soyeux qui éclaire ce début de printemps.



www.annepaceo.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone