#Chronique : François Poitou « Le sec et la lune »

Pour son deuxième album, le contrebassiste François Poitou continue avec son très original quintet sans batterie : violon, alto, guitare et un sax soprano, Maxime Berton, qui joue aussi de la clarinette basse.

Les dix compositions dépeignent un univers surprenant, jazz de chambre aux arrangements subtils. Du jazz à cordes qui swingue avec délicatesse. Ecoutez les envolées lyriques de Federico Casagrande à la guitare (La Danse Du Poulpe) ou les lignes mélodiques de la clarinette sur une trame de violon et d’alto. François Poitou, avec ou sans archet, ponctue élégamment les thèmes mais il aime aussi prendre le lead, riff, chorus comme dans le titre qui clôt l’album, Le malentendu #2. Un jazz contemporain épris de liberté qui aime les boucles répétitives autant que les pizzicati allègres. François Poitou trace avec ce nouveau CD un fort beau sillon numérique.



http://www.francoispoitou.com

Ecrit par Jacques Lerognon

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone