#Chronique : Jean-Philippe Viret « Ivresse » 

Pour ses 40 ans de carrière et les 20 ans de son trio, le contrebassiste Jean-Philippe Viret s’offre et nous offre un nouvel album de toute beauté. A ses côtés, le batteur Fabrice Moreau et au piano et à la production, le pianiste Edouard Ferlet.

Enregistrés en deux soirées live, les huit compositions prennent le temps de s’installer dans la durée comme pour mieux faire monter l’ivresse. Edouard Ferlet, capable de faire swinguer Bach et Couperin, s’en donne ici à cœur joie «  indissociable » sans pourtant prendre l’ascendant sur son leader qui, à l’archet ou aux doigts, fait vibrer sa contrebasse plus comme soliste « Contre Toute Attente » que comme rythmicien. Rôle dévolu au seul Fabrice Moreau qui s’en délecte les balais et les cymbales. Ecoutez « Saint Awana » qui ouvre l’album et vous serez immédiatement séduit.

https://www.jeanphilippeviret.com

Ecrit par Jacques Lerognon

Un commentaire

  1. Pingback: #LiveReport : Deux soirées au Jazz à Domergue | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

%d blogueurs aiment cette page :