#Chronique : John Mayall « Nobody Told Me »

Un sacré personnage anglais dans l’histoire du blues. Chanteur, claviériste, guitariste, harmoniciste, il fonde un groupe légendaire « The Bluesbreakers », dont un album avec Éric Clapton (1966) qui marque le « blues boom ». Période des années 60 qui fut le renouveau de cette musique noire américaine en Angleterre (voir aussi Alexis Korner, Fleetwood Mac avec Peter Green…).

Avec constance, John Mayall baigne encore dans la veine du blues à 85 ans (!), entouré de sa section rythmique Greg Rzab à la basse et Jay Davenport à la batterie, Bill Watts (guitariste) plus une section de cuivres. On a des invités originaux comme les guitaristes : Carolyn Wonderland, Alex Lifeson (du groupe canadien Rush) ou Todd Rundgren (!). Sans oublier Larry McCray, Joe Bonamassa, Little Steven Van Zandt (de l’E Street Band de Bruce Springsteen). Le tout est gorgé de feeeling pour cet album enregistré au studio des Foo Fighters. John Mayall nous remet un cadeau musical au top, et nous : on le lui dit !

www.johnmayall.com

Ecrit par Jack Lalli

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone