#Chronique : Pierre Marcus « Following the right way »

Troisième opus pour Pierre Marcus, et après les deux beaux coups d’essai de ses deux premiers albums, « Longue attente » et « Pyrodance » qui furent très appréciés, arrive son troisième effort, « Following the right way », et  le 1er au titre en anglais qui démontre une volonté certaine d’internationalisation de la part du jeune et doué musicien qu’est Pierre

Pour ce troisième et  bel effort, on peut parler d’une oeuvre  significative d’un maturité revendiquée,  que ce soit dans le jeu instrumental ou la composition. Entouré de ses habituels compagnons de route, en particulier Baptiste Herbin, sans aucun doute l’un des plus grands saxophonistes alto actuels, mais également l’excellent Irving Acao au saxophone ténor, le non moins excellent Simon Chivallon au piano, Thomas Delor, à la batterie, au jeu d’une puissante originalité, et de quelques invités de marque, Renaud Gensane, trompette, (un souffleur de folie), Alexis Valet, vibraphone, Jeremy Hinnekens, piano sur deux titres, et le musicien bulgare Aleksandar Dzighov au Gaida, instrument traditionnel bulgare, proche de la cornemuse. Sur le titre issu du folklore bulgare qui clôt l’album. Le disque présente en onze titres, dont neuf issus de la plume de Pierre, une variété de sons et de climats d’une grande beauté. L’album s’ouvre justement sur « Bulgarian Time » inspiré par les voyages de Pierre dans le pays de son épouse. Ensuite, un hommage au regretté François Chassagnite, dont Pierre a suivi les cours, et qui reste une inspiration constante pour lui. L’album comporte également deux standards, le fameux « Nostalgia in times Square » de Charles Mingus, et « Bemsha Swing » de Thelonious Monk, l’un des compositeurs préférés de Pierre, auquel il a souvent rendu hommage, lors de séries de concerts « Tribute to Monk« . En bref, une grande réussite sous une couverture où figure encore une fois Django, l’immuable et adorable compagnon à quatre pattes de Pierre, et qui prouve encore une fois que Pierre Marcus possède un univers qui lui est propre, original et aventureux, mais néanmoins accessible à la majorité des amateurs de jazz, et même au-delà. Un album remarquable, servi par la crème des jeunes musiciens qui sont en train de réveiller le jazz français.

http://www.pierre-marcus.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

%d blogueurs aiment cette page :