#Chronique : Sarah Lancman « Parisienne »

Après son interlude italien « Intermezzo » en compagnie de Giovanni Mirabassi,  disque dont vous avions déjà dit tout le bien que nous en pensions, Sarah Lancman revient à ses racines parisiennes comme le titre l’indique avec ce bel album bilingue français/anglais, composé uniquement de titres originaux, à l’exception d’une reprise dEdith Piaf, l’immortel « Hymne à l’amour » et d’une autre de Charles Aznavour « Parce que ».

La voix de Sarah est toujours aussi touchante, d’une justesse sans défauts, et remplie d’émotions. Les autres titres offrent une belle palette sonore, un jazz à la fois intimiste et swinguant, d’un goût très sur, riche et convaincant. Cette hommage à sa ville natale est soutenu par de grands musiciens qui font partie de la fine fleur du jazz hexagonal. Il y a là Pierrick Pedron, saxophone alto, Marc Berthoumieux à l’accordéon, le comparse de toujours Giovanni Mirabassi au piano, Laurent Vernerey à la contrebasse et Stéphane Huchard à la batterie.Un disque à savourer dans ses moindres détails, qui donne envie d’aller flâner le long de la Seine, porté par sa tranquille majesté.

https://www.sarahlancman.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone