Didier Lockwood trio & François Arnaud Duo à l’Opéra de Nice / Live Report

Lundi, il pleut mais le jazz est revenu dans la somptueuse salle à l’italienne de l’Opéra de Nice pour un concert où le violon fut roi.

En première partie, le niçois François Arnaud pour un duo avec l’excellent pianiste Jean-Yves Candela. Des thèmes classiques, du « Days of Wine And Roses » à « Misty » en passant par « Besame Mucho » (!) où chacun des deux musiciens rivalisent de swing. Candela amène un parfait soutien harmonique qui permet à François Arnaud de développer son jeu vif et précis. La compo de Candela qui finissait le set était  superbe.

Entracte et changement de plateau, on passe du duo au trio, Didier Lockwood,  Diego Imbert à la contrebasse et Noé Reinhardt à la guitare pour un hommage au grand Stéphane Grappelli, l’un des précurseurs du violon jazz. Lockwood, un des héritiers du maître, est très disert. Les anecdotes fusent entre chaque morceau qu’il soit de Grappelli, de Django Reinhardt de ses propres compositions telle « Barbizon Blues ».  Un set de musique vivante, enjôleuse, rythmée qui a enchanté le public d’un opéra, plein jusqu’au poulailler. Avant le rappel, armé de son violon Goldorak, le fameux solo, près de 20 minutes, loopers et pédales d’effets sont mis à contribution ! Les mouettes, bien sûr, mais aussi un peu de folk celtique, du jazz presque rock, de la wah-wah, le petit tour dans les allées du parterre puis retour sur la scène en un final explosif. Remarquables musiciens, si on sent une grande complicité avec Diego Imbert, battle de chorus, joute tout en bas du manche les échanges avec le guitariste sont manifestement fait d’admiration et de respect réciproques.

A quand la prochaine jazz session dans cet opéra ?

www.didierlockwood.com

www.francoisarnaud.com

www.jean-yves-candela.com

Ecrit par Jacques Lerognon

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone