#Edito #19 : Cap au Sud !

C’est sous une couverture signée BEN que s’ouvre ce numéro d’été du Jazzophone. On ne présente plus BEN, artiste phare de l’Ecole de Nice et symbole de tout ce que ce mouvement avait d’alternatif.

Eh bien ! D’alternatif il est en justement beaucoup question dans ce dix-neuvième numéro (eh oui, déjà !) du Jazzophone. Festivals associatifs, génération spontanée, d’événements jazzistiques dans l’ensemble du Sud-Est où de plus en plus de gens se réunissent et s’activent pour faire vivre le jazz dans notre région. Et cette année n’est pas en reste avec la création de nouveaux festivals en marge. Ou plutôt à côté, des grandes manifestations estivales que nous connaissons et apprécions tous. Nice Jazz Festival, Jazz à Juan, Jazz à Ramatuelle ou encore le Jazz des Cinq Continents à Marseille. Viennent de naître Jazz Entrevous à Entrevaux, ou Jazzbaou à Saint-Jeannet et d’autres encore. Vous retrouverez tous ces événements traités en détail dans notre double page consacrée à ces manifestations. Et également un coup de projecteur sur l’AJMI, ce club de jazz en Avignon qui tout au long de l’année  programme des  groupes et organise  rencontres et résidences d’artistes, à travers un entretien avec sa directrice Aida Belhamd. Egalement dans ce numéro d’été qui vous accompagnera tout au long de la saison préférée des musiciens. Les chroniques habituelles et bien sur un portrait de BEN (à tout seigneur, tout honneur) Une interview du pianiste Yaron Herman, un autre de Youn Sun Nah qui vient souvent par ici et un portrait de Neneh Cherry qui nous rendra visite cet été. Vous trouverez aussi la nouvelle et passionnante rubrique « Les mots qui swinguent » qui décortique les paroles des standards, une évocation du spirituel dans le jazz, une approche du Jazz vu sous l’angle de la mode et bien sur les chroniques de disques. Notre rubrique « Treme » consacrée au berceau du jazz. La Nouvelle-Orleans, qui comme vous le savez est une ville du Sud des Etats-Unis, ce qui prouve que la musique que nous aimons se porte très bien sous les grandes chaleurs. Alors comme le faisait dire le réalisateur Tony Gatlif, grand amateur de jazz, à Romain Duris dans son beau film « Exils » sorti en 2004.

« La source se trouve au Sud »

Bonne lecture et bel été à tous.

Ecrit par David Benaroche

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone