#Jazz et #Histoire : TREME JazzFest in New Orleans

« Le Jazz Fest de New Orléans est différent, unique, il porte en lui l’héritage de cette ville, et je rends grâce à Dieu pour cela, c’est ça que j’aime. » George Wein

Crée en 1970 par George Wein, le New Orleans Jazz Heritage Festival surnommé Jazz Fest est le plus grand évènement de ce type dans le monde. Ce festival de la démesure est une gigantesque vitrine célébrant la musique et la culture de la Nouvelle Orleans et de la Louisiane. Chaque année sept jours de festival répartis en deux week-ends consécutifs (dernier week-end d’avril et premier week-end de mai) voient se rassembler près de 500 000 fans et plusieurs milliers d’artistes et musiciens dans tous les styles musicaux. Installé sur un hippodrome, le Jazz Fest génère de considérables ressources  économiques et sociales. Il est détenu par le New Orleans Jazz & Heritage Fondation, société à but non lucratif dont la mission est de promouvoir, perpétuer et soutenir la musique, les arts, et la culture des différentes communautés de la Nouvelle Orléans et de la Louisiane.

Les bénéfices du Jazz fest sont utilisés pour les programmes de développement communautaire (éducation, économie, culture). La radio WWOZ 90-7 FM dépend aussi de la fondation. La musique englobe tous les styles associés à la ville et à l’État : jazz, blues, R&B, gospel, zydeco, country music, reggae, zouk, salsa, folk, latino, rock & roll, rap

Deux mille musiciens se produisent chaque jour, de 11 heures à 19 heures sur les 12 scènes réparties sur toute la superficie du champ de courses, chaque lieu présentant un style musical ou une activité différente, auquel il faut ajouter deux lieux consacrés à la gastronomie et un podium réservé à des interviews « live » de musiciens. Dans une débauche multicolore, des Brass bands, des Black Indians défilent au son des chants, des cuivres et des tambours entre les scènes, les échoppes d’artisanat et de souvenirs, les stands de cuisine locale, vietnamienne et Thaïe, les waterholes (vin, champagne, bière), les postes de secours (insolation, malaises) et les toilettes mobiles ! Une ville dans la ville….

Depuis quelques années, le Jazz Fest inclut de nombreuses vedettes ne relevant pas de la rubrique « Jazz et Patrimoine ». Désormais seules des stars internationales peuvent attirer la foule nécessaire au bon fonctionnement de cette énorme machine. Les prix des places ont flambé et les locaux regrettent de ne pouvoir y assister (le pass pour le deuxième week-end coûte aujourd’hui 777 $ avec les Roling Stones en tête d’affiche). Aussi cette année, les organisateurs ont ajouté « Locals Thursday » à la programmation, offrant des billets à prix réduit pour les habitants titulaires d’une pièce d’identité valide de l’État de Louisiane.

Le Jazz Fest permet également de découvrir la cuisine locale. Des chefs présentent la gastronomie louisianaise, beignets de langouste, cochons de lait, saucisses d’alligator, gumbo jambalaya, po’ boys, écrevisses bouillies, crabes à carapace molle, crawfish étouffée…), avec dégustations et ventes. Les 12 scènes du Jazz Fest sont réparties sur une vaste zone. Faire son choix entre tous les groupes musicaux, marcher des kilomètres au milieu de la foule compacte et dense pour aller d’une scène à l’autre, et espérer trouver une place pas trop loin de la scène n’est pas de tout repos.Ici le climat est tropical, chaud et humide, et le temps capricieux. Il faut prévoir bottes, impers et parapluies, déambuler dans la gadoue (beaucoup vont pieds nus), braver les fortes bourrasques de vent, les grosses averses, les torrents d’eau ; puis dès que le soleil féroce réapparait, ressortir les crèmes solaires et chapeaux de protection, supporter la chaleur et trouver quelques centimètres pour s’asseoir dans l’herbe encore humide, ou se rafraîchir dans les tribunes climatisées ou les tentes de brume, et consommer des gelées de mangue. Tout ça dans la même journée !

Le problème du stationnement peut être un cauchemar pendant le festival. Les agents de parkings surveillés sont sur le qui-vive et les gens qui habitent près du parc des expositions louent très cher le plus petit terrain de l’arrière-cour transformé en parking. La navette officielle du Jazz Fest et le tramway sont loin, il faut beaucoup marcher. Aussi chaque année j’achète un vélo. Durant 7 jours la ville tout entière vibre au son du Jazz Fest, et chaque soir la foule se déverse dans les innombrables clubs qui programment des concerts jusqu’au bout de la nuit dans une ambiance survoltée, joyeuse,  déjantée.

« Laissez les bons temps rouler » !
Spirit of New Orleans…

www.nojazzfest.com

Ecrit par Monique Bornstein

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone