#Jazz & #Littérature « Ecoutez-moi ça » de Nat Shapiro & Nat Hentoff

La première édition de ce livre date de 1955. J’étais à peine né, et vous, chers lecteurs, encore moins… Les deux auteurs : Nat Shapiro et Nat Hentoff, étaient d’éminents critiques de jazz à l’époque où l’on parlait souvent de jazz dans la presse, et pas seulement dans « Downbeat », « Melody Maker », « Jazz Hot », « Jazz Magazine », ou « le « Bulletin du Hot Club de France »

Il y avait alors du jazz à la radio et même à la télé à des heures de « grande écoute ». Un exemple, historique, s’il en est ? Le lundi 28 août 1944, la « Radio de la Nation française » (ancêtre de la future ORTF), très nouvellement rétablie après les années noires que l’on sait, renait avec la diffusion à 6h58 de « La Marseillaise », suivie par le top de « l’heure exacte », de l’annonce de ses fréquences de diffusion (en ondes courtes et ondes moyennes), des informations de la nuit, suivies par la « Marche lorraine », et, à 7h10 (on croit rêver), par : « un quart d’heure de musique de jazz » . Le « conducteur* » de l’époque, reproduit dans « Les coulisses de la radio » de Gérard Courchelle (Editions du Chêne 2015), est formel. Le speaker devait dire : « Vous venez d’entendre notre premier concert matinal consacré à la musique de jazz« .

Quelle musique de jazz ? L’histoire ne le dit pas, mais qu’importe… Quant à nos auteurs (producteurs de disques et militants actifs pour les droits civiques), ils ont recueilli et compilé, en cette première moitié du XX° siècle, un grand nombre d’impressions des créateurs de cette musique (dont, rappelons-le, c’est la première participation des USA à l’Histoire de l’art… (L’actuel président de cette grande nation…le sait-il ?). Depuis la Nouvelle-Orléans jusqu’à Chicago, chacune de ces stars de l’époque (Jelly Roll Morton, Sydney Bechet, Louis Armstrong) évoque ses souvenirs et ses enthousiasmes pour ses collègues, amis, rivaux, et modèles. L’aventure continue à New York avec Duke Ellington, Coleman Hawkins, Lester Young, Billie Holiday et Count Basie, et se termine avec l’ère révolutionnaire  du bebop dont Dizzy Gillespie et Charlie Parker sont les figures de proue, et que concluent les confidences de Kenny Clarke, Errol Garner et Stan Getz. Un grand moment d’histoire !

* le tableau de marche « minuté », toujours en vigueur, du déroulement d’une émission de radio. 

   

Ecrit par Daniel Chauvet

Un commentaire

  1. Pingback: Daniel Chauvet : Deux confrères et amis se souviennent | Le Jazzophone

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone