#Jazz & #Rock Needlepoint, le Nord réchauffe la musique !

La scène norvégienne a des musiciens remarquables, mais hélas pas assez populaires, dans l’hexagone, et en Europe… Je pense au guitariste Terje Rypdal (voir sa discographie sur le label ECM), au saxophoniste Jan Garbarek… Ou comme avec le groupe Airbag, qui est plus dans une musique rock progressiste. Là avec cette formation norvégienne d’Oslo : Needlepoint, on est à la croisée de ces chemins musicalement riches !

Needlepoint existe depuis 2010. C’est donc un mélange subtil de jazz rock, de rock progressif et de musique psychédélique, belle alchimie musicale avec ce groupe. Pour donner quelques pistes, on a bien les mêmes sensations sonores comme avec des groupes : Soft Machine, Pink Floyd, Syd Barret, Caravan, Camel, Hatfield And The North

Mais les musiciens de Needlepoint sont originaux, car ils réinventent et réactualisent ces musiques, dont une en particulier que l’on a dénommée fin 60’s : « L’école de Canterbury ». La voix du chanteur Bjorn Klakegg est un voyage de rêverie sur ses chansons imagées. Qui est cet étrange Robert, est-ce un clin d’oeil à Robert Wyatt et Soft Machine ? En tout cas, Bjorn Klakegg est également un guitariste riche en idées. Ses envolées lyriques sont mêlées à celles de l’orgue de David Wallumrød (voix également) qui sont de toute beauté. La section rythmique s’incorpore avec finesse, grâce à Nikolai Hængsle (bassiste, voix) et Olaf Olsen (batteur, voix).

Les deux premiers albums sont intéressants… Mais le suivant : « Aimless Mary » (2015) est un bel ouvrage qui interpelle plus (dont le long titre « Soaring »).

Avec ce quatrième album « The Diary Of Robert Reverie » : il est encore plus magistral et très élaboré. C’est enfin l’aboutissement heureux pour cette belle formation, c’est leur Graal ! Côté scène, à part les clubs et festivals dans leur contrée, ils ont effectué une tournée en Chine. Sans oublier, un passage remarqué à Paris, en novembre 2013 (11e édition de Jazzycolor). En espérant découvrir Needlepoint en concert dont pour une tournée française, leurs disques apportent de la sérénité, et un renouveau musical venant du nord qui nous réchauffe le corps et les neurones ! Comme quoi…

Discographie : « The Woods Are Not What They Seem » (2010), « Outside the Screen » (2012) and « Aimless Mary » (2015), « The Diary Of Robert Reverie » (2018).

www.needlepoint.no

Ecrit par Jack Lalli

2 Commentaires

  1. Hubertus Feldmann 2 février 2019 0 h 41 min / Reply

    Needlepoint ist seit längerer Zeit eine meiner Lieblingsbands dieser Erde. Leider sind sie zu unbekannt, als dass ich sie hier in Deutschland einmal sehen und erleben könnte. Ich hoffe aber sehr, dass sich das in Zukunft ändern wird! Danke für den Videolink, den ich zwar schon kannte, aber mir sehr gerne immer wieder mal anschaue.

Répondre à Hubertus Feldmann Annuler la réponse.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone