#Jazz & #World : Monk sur la commode

On connaît la relation privilégiée qu’entretient Jacques Ponzio avec Thelonious Monk, son étude pionnière « Blue Monk : un portrait de Thelonious » (avec François Postif, 1995) puis l’Abcédaire Monk et enfin, mais la fin est loin, « Monk encore ». Autre violon dingue (vous avez bien lu « dingue ») de l’auteur le piano. Son groupe l’Africa Express vient d’enregistrer tout récemment un nouvel album Abidjan Memories (double Cd) qui me semble encore plus réussi que les précédents (d’ailleurs fort estimables).

L’Africa Express de Jacques Ponzio est en passe de briguer la médaille de l’orchestre vétéran du jazz, non par l’âge des protagonistes, car ils n’ont rien de vieillards, mais par la fidélité de ses membres. La formation existe depuis quelque vingt ans, pratiquement sans changement de personnel (cela implique d’ailleurs le retour de certains selon disponibilité et période). Autant dire qu’il faudrait presque en revenir à l’orchestre de Duke Ellington pour retrouver de telles pratiques. Le fait mérite d’être signalé, non pour honorer le Guinness Book of Records, mais pour souligner l’existence d’un groupe de musiciens qui se connaissent sur le bout des doigts et ne cessent d’évoluer ensemble. Aujourd’hui la norme est de passer d’un groupe à l’autre et/ou d’accumuler les gigs ; même si le phénomène est en partie conditionné par la situation économique du jazz – nous ne parlons que de la france.

Musicalement, L’Africa Express se situe à une frontière musicale entre sa part proprement jazz et sa part africaine (encore que ce « proprement » soit fort relativisé par l’africanité séculaire du jazz). Ajoutons pour simplifier le tout qu’il faut parler d’Afriques (au pluriel) sous peine de réductionnisme ravageur. Jacques Ponzio, leader de L’Africa Express (encore qu’il n’apprécierait pas forcément la stigmatisation hiérarchique) a mené aussi, il n’y a pas si longtemps, l’AfroBeat Kollectif, grande formation désormais mythique, à la musique dévastatrice, au groove irrésistible, mais pratiquement impossible à gérer au plan économique. Aux claviers, et même parfois au chant, Jacques Ponzio avait quelque chose d’un Sun Ra, réinventant un instrument qu’on n’a pas fini d’inventer, sans concession autre qu’à l’ensemble, dont chaque intervention soliste prend toute sa vigueur et son caractère. Outre le piano, la formation comporte une basse, une batterie, une guitare, et un saxophone, point d’accompagnateur pour dire les choses nettement. Jacques Ponzio l’Africain est aussi magicien de l’afro-beat (avec qui Il s’apparente plus étroitement encore au jazz sud-africain d’un Chris McGregor et son Brotherhood of Breath et à Dollar Brand (lire. « Jazz sud-africain contre apartheid », Le Jazzophone, septembre 2018.)

Jacques Ponzio pianiste a compris toute la force de l’économie du moins, en des temps de débal- lage technique. Il affirme ses ponctuations à la fois discrètes et efficaces, ses nappes sonores enveloppantes. Que dire encore de cet Africa Express dont chaque musicien mériterait une rubrique à lui seul ? Alain Venditi affirme au saxophone ténor ou soprano toutes les vertus du chant ; à la guitare (on serait tenté d’utiliser le pluriel), Patrick Gavard-Bondet multiplie les univers (parfois au cours d’un même solo) ; Fred Accart à la basse électrique et Nicolas Aureille à la batterie font assaut d’élégance et de finesse, nous rappelant au besoin ce que section rythmique veut dire, hors toute surcharge en décibels et démonstration gratuite (pour ne pas dire inutile). Qu’un ensemble puisse se définir par le fait d’être ensemble (d’êtres ensembles) confine aujourd’hui au paradoxe (d’aucuns parleraient de pléonasme). Ce mot « ensemble » qu’on accorde rarement avec « jazz » – on dit bien « grands ensembles », mais depuis la fin de la Swing Era on ne désigne plus par-là de grands orchestres, mais des configurations architecturales. Jacques Ponzio nous transmet à sa manière le message zoulou (au sens métaphorique si l’on préfère) propre à engendrer une transe insistante qui n’a pas d’âge.

Ecrit par Francois Billard

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

%d blogueurs aiment cette page :