#R.I.P #JazzWorld : Randy Weston, le griot du jazz pan africain

Le 21 juillet dernier, la scène du Théâtre de Verdure à Nice, accueillait pour la clôture de l’édition 2018 du Nice Jazz festival, un géant nommé Randy Weston. C’était également la dernière date de la tournée de cette légende vivante du jazz qui est peut-être l’ultime grand pianiste/compositeur de sa génération et de cette envergure. Du haut de ses 92 ans et après 6 décennies de carrière, son emprunte est indéniable dans jazz et la musique Panafricaine.

Randy Weston est une des figures qui a indéniablement influencé l’évolution du jazz, véritable géant, de par sa musicalité, mais aussi  par sa taille (203 cm,). Appelé « Le Griot du jazz panafricain » titre rarement donné en dehors d’Afrique, il est certainement un « grand visionnaire ». Lui se définit comme un humble guérisseur (authentique et puissant), qui tout au long d’une grande carrière, distille comme un remède, sa musique, à des générations de public… et à lui-même. En dépit de son grand âge, il continue à donner des concerts et à participer à de nombreuses activités culturelles et humanistes… avec une énergie au-delà de l’imagination ! Oooh oui ! Uni pour l’éternité à son instrument, il a toujours présenté son piano, comme son balafon occidentalisé et sa musique comme la voix de tous les peuples, celle qui uni, sans barbare rie, sans discrimination et sans race : l’Humanité dont la source vient d’Afrique.

Randolph Edward Weston est né et a grandi à Brooklyn, d’une mère originaire du sud profond (Virginie) et d’un père Panaméen-jamaïcain. Très tôt il commence le piano et chemine, une partie de son être profondément ancrée et inspiré par l’Afrique, sa terre, son peuple, sa spiritualité….. Après son service militaire, il ouvre son propre restaurant, muni d’un piano qui sera fréquenté par toutes ses idoles du jazz, telles Duke Ellington, Art Tatum, Nat King Cole, Thelonious Monk… toutes ces figures qui ont eu une grande influence sur la musique et la vie de Randy Weston. Encouragé par ses pairs (surtout Monk), fin des années 40, il commence à se produire et déjà en 1954, il remporte le titre de « New Star Pianist » du magazine Down Beat. Puis une longue et fructueuse collaboration avec l’arrangeuse/tromboniste Melba Liston, seront à l’origine de nombreux et magnifiques albums, mon préféré « Little Niles« .

Dès le début des années 60 il incorpore à sa musique les éléments de son époque aux sonorités Africaines. En 1961 il se rend en Afrique, pour la première fois, avec une délégation culturelle et deux ans plus tard il sort l’album Uhuru Afrika (ou Freedom Africa). Accompagnée d’un grand orchestre et du poète Langston Hughes, sa musique inspirée par l’Afrique de l’ouest porte la vision d’un « New Black Continent ». Cet album est considéré comme un monument musical, portant une époque et célébrant la libération de plusieurs pays africains. Son message était tellement clair qu’il fut interdit en Afrique du Sud, où tous les exemplaires des disques furent brûlés sur la place publique à Johannesburg et Cape Town.

En 1967, a l’issue de sa tournée Africaine, il s’installe à Tanger/Maroc et y ouvre son club, « African Rhythms » et pendent 5 ans il y accueille tous les artistes d’origine Africaine, les grands bluesmen de Chicago, les vocalistes du Congo, en passant par les tops jazzmen tel son vieux complice le trompettiste Dizzy Gillespie,ainsi qu’Ed Blackwell le légendaire batteur de Ornette Coleman qui sur les conseils de Randy reste et parcourt  le continent Africain pendant des années s’initiant aux divers rythmes et traditions tribales qu’il intégrera plus tard dans son jeu polyrythmique… de façon unique et inédite, comme personne ne l’avait fait avant ou ne le fit après !!!

Depuis Mr.Weston n’a jamais failli à ses engagements ni à sa curiosité. Il a produit un grand nombre de disques sublimes, sur de grands ou de petits labels, en solo, duo, trio, big band…avec des jazzmen ou musiciens traditionnels, notamment les maîtres Gnawa du Maroc et continue du bout de ses doigts et de sa musique a être le messager, le magnétiseur, le porte-parole naturel de l’humanité.

http://randyweston.info

Ecrit par Sir Ali

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone