Jowee Omicil au Théâtre Alexandre III (Live Report)

Jowee Omicil est la petite surprise réservée par les Jeudi du Jazz à Cannes. L’intimiste salle du Théâtre Alexandre III reçoit ce saxophoniste qui a marqué les esprits avec la sortie de sondernier album « Let’s Bash ! » édité par Jazz Village.

La variété de cet album rendant hommage à Roy Hargrove, Sade ou Miles, reprenant « Sur le pont d‘Avignon », chantant en anglais, français et même chinois, avait déjà bien interpellé les esprits, mais c’était avant de l’avoir vu sur scène.

Jowee Omicil est une boule d’énergie qui place des micros partout (même au plafond façon Rumble in The Jungle !) histoire de capter le son de ses instruments qu’il déplace sur la scène et dans le public.

Son jazz qui penche vers la transe aux accents haïtiens est redoutable d’efficacité, mais c’est surtout l’amour de la musique et des gens que l’on sent chez cet artiste à l’humanité débordante. Comme il nous le dit, « Bash, c’est l’amour », il confirme en distribuant des bracelets au premier rang, le public ne doit pas comprendre quand il rappelle que « Le hip hop, c’est le jazz » (pour moi c’est très clair) avant d’attaquer « Let’s just Bash ! » son « Visa musical global » comme il le caractérise.

width=

Car entre quelques pas de Kompa improvisés et une Marseillaise chantée debout par le public, Jowee a ce talent pour mettre le public dans son sac à malice. Il le dit lui-même « Je veux que le Jazz redevienne populaire. Maintenant », et indéniablement, il nous a prouvé qu’il était vraiment sur le bon chemin.

width=

www.joweeomicil.com

Théâtre Alexandre III

Ecrit par Franck Delasoul

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone