Live Report : Hommage à Bibi Rovère

hommage à bibiLe 13 mars dernier, 9 ans après sa disparition, la communauté musicale niçoise, celle du jazz en particulier, se réunissait sous l’égide de Lara Ayache, dite Lara La Ravissante, pour rendre hommage à la mémoire de Gilbert « Bibi » Rovère, génial contrebassiste niçois ayant marqué toute une génération de musiciens.

laraDans un Shapko Bar rempli à ras-bord, se retrouvèrent amis et proches de Bibi, ainsi que ses (très nombreux) admirateurs. Après une présentation de la soirée par votre serviteur, nous eûmes le privilège d’assister à une partie du spectacle « Passeport pour une lasagne » du marionnettiste Serge Dotti, que ce dernier avait créé avec Bibi dans les années 2000. Pour l’occasion, Serge était accompagné à la contrebasse par Ruth Levy-Benseft. Puis Lara nous récita le poème de Jacques Prévert « Dans ma maison » qui était le poème préféré de Bibi, sur une impro de Ruth à la contrebasse

serge

Et ensuite ce fut LE concert : Trois des élèves de Bibi et non des moindres, et un invité de marque pour du jazz de très haut niveau : Sébastien Chaumont au saxophone alto, Frédéric D’Oelsnitz au piano, Yoann Serra à la batterie et dans le rôle de Bibi, spécial guest : Giliard L.Lopes à la contrebasse.

fred et sebEt ce fut le feu dès le début. Soudés comme les doigts de la main, les quatre musiciens se dépassèrent sur des standards du be-bop et du hard-bop qu’interprétait Bibi. Thèmes de Cannonball Adderley, Charlie Parker, Monk, Miles Davis , Sonny Rollins, un florilège jazz des années 50 et 60, joué par des musiciens passionnés, impliqués à la fois respectueux et créatifs. Une heure et demie de pur bonheur, dans un club rempli à ras-bord, et un public époustouflé par tant de talent. Le public étant constitué en grande partie de musiciens, une grande jam session était inévitable, et se succédèrent donc sur scène quelques uns des fleurons de la scène musicale niçoise : Max Miguel à la batterie, la chanteuse Denia Ridley, le contrebassiste Pierre Marcus, le saxophoniste Julien N’Diaye et  le pianiste Jo Kaiat, ce qui permit à Fred D’Oelsnitz de lâcher le piano pour nous gratifier de quelques beaux chorus  de trompette.

fred trompetteUne réussite totale, tant au niveau de la musique jouée que de l’atmosphère, conviviale,, chaleureuse et explosive. Un événement qui restera dans les mémoires.

www.freddoelsnitz.fr

www.shapkobar.fr

ruth

Photos : Isa dite Lazaza

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone