Live Report : Week-end musical à Nice, The show must go on !

Les-dessinateurs-rendent-hommage-aux-victimes-de-l-attentat-de-Nice

Malgré l’horrible drame qui frappa Nice le 14 Juillet et qui entraina l’annulation du Nice Jazz Festival, la musique continua à Nice le week end dernier, chacun ayant bien sur une pensée pour les victimes, mais les musiciens furent déterminés à jouer pour conjurer le sort et célébrer la vie.

Nous avions d’ailleurs commencé ce week-end musical le 14 Juillet, dans le village de Levens, où se produisait dans le cadre des Estivales du Conseil Généralle « Fabulons Quintet » composé de Sébastien Chaumont au saxophone alto, Eric Jausserand à la trompette, Fred D’Oelsnitz au piano, François Gallix à la contrebasse et Stéphane Foucher à la batterie. Un grand moment de swing, de blues, de bop, de pur jazz, quoi ! Qui fut hélas interrompu par la pluie. Et c’est lors du break du aux intempéries que nous apprîmes la terrible nouvelle.

Abasourdis et sous le choc, nous nous abstînmes de tout spectacle  (qui de toute manière furent annulés) pendant deux jours.  C’est samedi soir que nous nous rendîmes à la Cave Romagnan pour assister au concert donné par la chanteuse brésilienne Nina Papa, accompagnée de son trio habituel (Béatrice Aluni, piano, Marc Peillon, contrebasse, et Alain Ruart, batterie). Comme un air de renaissance avec cette belle musique brésilienne qui tout au long de la soirée nous réapprit la joie de vivre. Compositions de Béatrice et thèmes de Jobim, Moraes, Baden Powell s’enchainèrent pour notre plus grand plaisir.

13692886_10206951846894974_5181275404941510626_o

Ensuite nous nous dirigeâmes vers la Vieille Ville pour assister au concert que donnait Marjorie Martinez au Shapko Bar. Entourée d’un quartet de rêve comprenant Jean-Marc Jafet à la basse électrique, Jonathan Gritella à la guitare et Alain Asplanato à la batterie, elle alterna, comme Nina avant elle, compositions personnelles et standards du blues, folk & soul, et fut rejointe pour le 3ème set par son époux le saxophoniste américain Jay Metcalf qui nous gratifia de quelques beaux choruses. Avec une grande énergie, et une communicative joie de jouer Marjorie et son groupe emportèrent l’adhésion d’un public venu étonnamment nombreux vu les circonstances.

marjo par neveu

Retour au Shapko le dimanche soir pour le concert de la chanteuse américaine Aimée Allen (c’était décidément le week-end des chanteuses !), entourée du guitariste suédois Linus Olsson et du contrebassiste brésilien Gilliard Lopes. Une chanteuse de grand talent au répertoire classique mais envoutant.

Aimée Allen2

Une ambiance de folie et une magistrale jam session finale à laquelle ont participé les très nombreux musiciens qui constituaient la grande majorité du public. Pierre Marcus et son quartet dans lequel brille le saxophoniste Baptiste Herbin , Scott Allen, Denia RidleyBuckshot Gala au grand complet, le guitariste Luc Fenoli, etc.  Pourquoi cette présence aussi nombreuses de musiciens ?  Sans doute, parce que ceux-ci, pour la plupart programmés dans les « off » des festivals azuréens qui tous ont été annulés, brulaient néanmoins d’envie de jouer. Nous eûmes même droit à un passionnant duo de jazz vocal entre les deux « soul sisters » Aimée et Denia. Une soirée intense.

baptiste

Le lendemain, à l’initiative de Pierre Marcus, Le Jam ouvrait ses portes pour 3 jours aux musiciens jazz, dixit Pierre, « tous les musiciens de jazz à Nice qui ont besoin de de se libérer l’esprit en musique et de se retrouver entre amis et de partager la musique pour distraire nos esprits ». Furent présents à l’appel : Fred D’Oelsnitz, trompette et piano,  Rémi Vignolo, (excellente surprise que de retrouver ce grand bonhomme !),  batterie et contrebasse, Baptiste Herbin, alto sax, Selim Nini, alto sax, Joris Mallia, tenor sax, Thomas Galliano, batterie, et bien d’autres encore. Démarrage sur les chapeaux de roue avec un thème de Coltrane, puis les joutes instrumentales se poursuivirent, avec parfois de très grands moments, puis d’autres plus hésitants, mais c’est la loi du « boeuf ». Mentions spéciales à Baptiste Herbin, impérial, et dont les improvisations sont à couper le souffle, à Pierre Marcus, infatigable, et à Fred D’Oelsnitz, seul pianiste présent, dont la tâche ne fut pas toujours facile. Le jazz dans tous ses états. Merveilleux.

pierrot

Pour résumer, trois jours de musiques dans divers endroits, qui prouvent que malgré la terrible blessure qui leur a été infligée, Nice, les niçois, et leurs musiciens se tiennent debout avec fierté, talent et courage, et n’ont qu’une envie : continuer à vivre la musique et à la partager.

Photos : Serge Lefebvre, Jean-Lous Neveu, Philou Antsirabe, Vincent Carretero.

www.caveromagnan.free.fr

www.shapkobar.fr

www.jam-bar-nice.com

www.aimeeallenmusic.com

www.pierre-marcus.com

www.baptisteherbin.com

www.freddoelsnitz.fr

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Pingback: #LiveReport : #WeekEnd musical à #Nice, | Imago records & production

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone