#LivreDisque : Hommage à Art Pepper : No Limit (Petit à Petit)

Dominique Delahaye, écrivain, musicien, initiateur et maître d’œuvre de ce projet, a choisi de rendre hommage à Art Pepper, en douze mesures, en noir et jazz. Chacune des douze compositions inspire une nouvelle noire à un auteur et une illustration l’encre, à la plume, à un artiste.

Le récit est contemporain de l’année de publication du thème musical, de 1952 à 1980, de Brown Gold à Minority. Chaque nouvelle est précédée d’une citation extraite de l’autobiographie de Pepper (Straight Life) ou de celle de sa dernière compagne Laurie (Why I Stuck With a Junkie Jazzman) puis, c’est à l’auteur de nous faire vivre un moment avec Art, l’hôpital psychiatrique dans le texte de Pascale Dietrich, Minors Yours. La solitude du musicien dans un club avant d’attaquer son chorus, Rita San de Jean-Bernard Pouy. Ou la prison :

« Il était avec Pepper à Terminal Island. Pepper s’est retrouvé avec un balai et une pelle à ramasser les mégots et les chiures de mouettes dans la cour, plutôt que de copiner avec les matons. Parmi tous les petits malins de blanc-bec qui veulent se faire un nom et du fric en jouant notre musique de négro, s’il y en a un qui mérite le respect… » sous la plume de Delahaye.

Parfois, Pepper n’est là que dans le rêve impossible d’un saxophoniste condamné aux petits gig pour gagner sa vie comme le raconte Patrick Pécherot :

« Je suis bon pour les halls d’hôtels, les restaurants, les lounge bars, j’envoie des chorus qui se perdent dans le cuir des fauteuils, les fruits de mer, les cocktails. Aucun dîneur ne cesse de mastiquer pour m’écouter. Aucun soiffard ne lève le nez de son verre ni du décolleté d’une fille sur tabouret ».

Sans oublier les addictions comme l’évoque le personnage de Dominique Sylvain :

« Elle admire sa résilience et sa façon de convertir ses difficultés – une addiction à la cocaïne et à l’alcool – en une extraordinaire force créative, qui plus est, sans concessions. »

 Pour compléter ce très bel objet, d’où la silhouette de Pepper, alto en bouche, semble vouloir s’échapper, un CD est encarté. Neuf musiciens jouent, à leur façon, les douze compositions d’Art. Plutôt que de reproduire le son, le phrasé, le jeu de l’époque, Dominique Delahaye a écrit des arrangements tendance électro jazz, tout en faisant la place belle au groove (l’orgue de Mr Yohe), au swing (Art’s Opus, Brown Gold) ou au blues (Rita San). Un hommage en son et lumière.

Pour se le procurer votre libraire ou

https://www.petitapetit.fr/produit/art-pepper/

Ecrit par Jacques Lerognon

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone