PORTRAIT : Donald Harrison Jr

Donald_Harrison,_Jr.

« The King of Nouveau Swing », c’est ainsi que l’on surnomme Donald Harrison, ce saxophoniste alto légendaire né le 23 juin 1960 à la Nouvelle-Orléans qui s’est produit au Forum Nice Nord le 17 mars  au sein de The Cookers, groupe qui comprend quelques uns des plus grands jazzmen américains, qui ont joué dans les formations phares des années 60 et 70.

Ce « Nouveau Swing »  qu’appelle Donald Harrison de tous ses vœux est en fait une mixture, un « Gumbo » pour rester dans l’atmosphère néo-orléanaise, de plusieurs styles natifs de Louisiane, tels que le jazz classique, le cajun R’n’b, le swing, en y mêlant des éléments de cultures urbaines tels que le hip-hop ou le funk. Personnage charismatique de la musique afro-américaine actuelle, Donald Harrison est emblématique de cette génération de musiciens de jazz (son confrère saxophoniste et compatriote néo-orléanais Branford Marsalis en est un autre exemple, ou son neveu Christian Scott aussi) visant à briser les barrières entre les genres.

La carrière de Donald Harrison Jr est impressionnante, qu’on en juge : après avoir étudié à la Southern University et  à la Berklee College of Music, il a joué avec le batteur Roy Haynes, l’organiste très « soul » Brother Jack McDuff,  les Jazz Messengers d’Art Blakey (comme là encore Branford), le trompettiste Terence Blanchard, et enfin avec les fameux Headhunters d’Herbie Hancock. Il publie en 1991 « Indian Blues » qui est un hommage aux « Mardi-Gras Indians » de la Nouvelle-Orléans dont son père Donald Harrison Sr et lui-même font partie (ils ont inspiré les personnages de Albert et Delmond Lambreaux dans la série « Treme » dans laquelle Donald joue son propre rôle dans 11 épisodes).

L’album est un franc succès et permet à Donald de développer d’ambitieux projets comme le Donald Harrison Electric Band, qui pratique le smooth jazz, classé au sommet de ce genre par Billboard Magazine. Il anime également, en tant que directeur musical, showman et rappeur le groupe The New Sounds of Mardi Gras, qui combine culture afro-créole et hip-hop. Harrison est le Grand Chef du Congo Nation Afro-New Orleans Cultural Group qui conserve et pratique  les traditions secrètes de  Congo Square, lieu historique de la naissance du jazz et de la culture afro-américaine. Son style a la volubilité d’un Charlie Parker, mais est également ancré dans le funk d’un autre Parker, Maceo. Un musicien et un personnage d’exception.

www.donaldharrison.com

 

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Pingback: #PORTRAIT #DonaldHarrison #TheKingOfNouv | Imago records & production

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone