PORTRAIT – Yoann Serra

Yoann_Serra_02

Né en 1979, Yoann Serra est certainement l’un des batteurs
les plus doués du paysage jazzistique national.

Dès l’âge de 6 ans,
il intègre la classe de percussions
classiques au Conservatoire de Nice.
S’ensuit la batterie jazz, dont il maîtrise
rapidement les subtilités. Très vite, la
passion de la musique en général, et
du jazz en particulier, le dévore, et dès
l’âge de 16 ans, il joue avec ses aînés
reconnus comme Jean-Marc Jafet,
Gilbert  »Bibi » Rovère (décidément
présent dans toutes les biographies
des musiciens niçois qui comptent, tant
fut importante son influence), il rejoint
ensuite le collectif MU, part en tournée
avec Ray Gomez, puis accompagne le trompettiste François Chassagnite (même
remarque que pour Bibi), avec qu’il enregistre l’album “Un Poco Loco” en compagnie
de Fred D’Oelsnitz (piano) et Fabrice Bistoni (contrebasse), album très achevé qui
présente une musique de haute volée dans laquelle Yoann, malgré son jeune âge,
fait preuve d’une étonnante maturité de jeu. Sa finesse sur les cymbales est
proprement renversante. Mais ce n’est que l’aube d’une brillante carrière…
Il joue en 1999 aux côtés du batteur Francis Lassus dans “les élégantes machines”
et avec Francis Lockwood, Sorgo, Boris Blanchet, accompagne Ted Curson, Bobby
Porcelli à l’occasion des Midems 2000 et 2001. En 2001, il accompagne la chanteuse
brésilienne Marcia Maria au Nice Jazz Festival. Tout en continuant à vivre à Nice,
il commence, dès 2003, à s’orienter vers Paris, où il fréquente le Baiser Salé, le
Sunset, le Sunside..., et joue aux côtés de Jean-Marc Jafet, Christian Escoudé, de
nouveau Marcia Maria, et bien d’autres. C’est ensuite l’installation définitive à Paris
et une carrière de sideman recherché (Laurent De Wilde, Jean-Marie Ecay, les
frères Belmondo, Sylvain Luc, Steve Grossman, et bien d’autres). En 2009 il rejoint l’Orchestre National de Jazz, dont il fera partie jusqu’à 2013 sous la direction de Daniel Yvinec, plus longue incarnation de l’O.N.J., et meilleure vente de disque
de l’orchestre avec l’album « Around Robert Wyatt ». Il rejoint ensuite le groupe
Electric Epic de Guillaume Perret, groupe au succès croissant (festivals de Nice et
de Juan-les-Pins, La Note Bleue, Cedac de Cimiez, en ce qui concerne nos cieux
azuréens), et également les formations du guitariste Richard Manetti (album en
compagnie de Jafet et D’Oelsnitz ), et celle de l’accordéoniste niçois Vincent Peirani.
Un musicien complet, à l’aise dans toutes les musiques, du be-bop au manouche en
passant par l’avant-garde et la fusion

Ecrit par Gilbert D'Alto

2 Commentaires

  1. Pingback: PORTRAIT : Le saxophone 2.0 de Guillaume Perret | Le Jazzophone

  2. Pingback: #LiveReport : Fred Perreard Trio & Seb Chaumont 4tet feat. Yoann Serra | Le Jazzophone

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone