Adieu Eric Alberti.

Pour paraphraser Claude Nougaro « Ces temps ci, je l’avoue, j’ai la gorge un peu âcre, le sacre du printemps sonne comme un massacre… » (Paris Mai, 1968) : La faucheuse vient encore d’emporter un grand musicien de jazz en la personne d’Eric Alberti. Cet homme bon et généreux, jovial et amoureux de la vie et ses plaisirs, la bonne chère et le bon vin, a été foudroyé le 16 avril dernier par ce crabe qui le rongeait depuis bientôt trois ans. Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto