#Un Livre Sur Le Jazz : « Born in the Treme » de Monique Bornstein & James Andrews

Si vous être un amateur de jazz convaincu, et vous l’êtes si vous lisez ce journal, vous n’avez certainement pas manqué de regarder la série Treme, écrite par David Simon, et qui raconte la vie des habitants de la Nouvelle -Orléans, et en particulier des musiciens, après le passage de l’ouragan Katrina.

Ce livre, largement illustré de photos et de tableaux de Monique Bornstein, nous raconte en détail et avec force anecdotes la vie de James Andrews le Satchmo du Ghetto trompettiste phare de la Nouvelle-Orléans, frère de Trombone Shorty, et considéré comme l’héritier de Louis Armstrong. Né dans le Treme, issu d’une famille de musiciens (son grand-père n’est autre que Jessie Hill, le créateur de l’hymne « Ooh pooh pah doo ».

James Andrews grandit dans la musique, tous ses parents sont musiciens, et lui même se montre particulièrement doué. Dès son plus jeune âge, (8, 9 ans) tout en apprenant la trompette à l’école, il fait des claquettes dans la rue, histoire de gagner quelques dollars. Il joue aussi spontanément de la batterie. Progressant très vite, adolescent il commence à se produire dans les orchestre de la ville, ces fameuses « marching bands » qui accompagnent fêtes, mariages et enterrements. Il devient rapidement incontournable, et se produit avec la plupart des stars de la musique de la Nouvelle -Orléans, tous amis de son grand père, tels que Fats Domino, Professor Longhair, et beaucoup d’autres. Son ascension rapide l’amène à jouer de partout dans le monde, participant à de nombreux festivals en Europe et aux Etas -Unis, portant la bonne parole du jazz  traditionnel et du funk de la Nouvelle-Orléans. Mais c’est dans le Vieux Nice qu’il trouvé une seconde patrie, un endroit qui lui rappelle fortement le  »French Quarter » de sa Nouvelle-Orléans natale. Un ouvrage passionnant qui trace à la fois le portrait d’un musicien affable et généreux, tout en faisant un portrait amoureux de la ville qui a vu naître le jazz.

« Born in the Treme » de Monique Bornstein & James Andrews disponible sur Imago records

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

%d blogueurs aiment cette page :