#Chronique : Baptiste Herbin « Dreams and Connections »

Magnifique ! Tel est l’adjectif qui me vient à l’esprit à l’écoute de ce nouvel album de Baptiste Herbin. Le jeune prodige du saxophone alto signe ici son troisième opus et c’est une complète réussite.

Entouré d’une rythmique de rêve (Darryl Hall à la contrebasse et Ali Jackson à la batterie, et le jeune pianiste carioca Eduardo Faria) il nous offre un voyage entre New York, Paris et Rio, entre Bop et musique brésilienne ; avec sa sonorité magique, son époustouflante virtuosité, sa chaleur mélodique. Écoutons parler de lui quelqu’un qui s’y connait : « Baptiste, il a tout. C’est dingue, tout ! Le son, le phrasé, la musicalité, le groove… C’est un phénomène » André Ceccarelli. Tout est bon, voire grand, mais j’ai une petite préférence pour le standard « Poor Butterly » et le choro « Um a Zero ».



http://www.baptisteherbin.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Poulpy 6 septembre 2019 20 h 16 min / Reply

    A toutes les qualités musicales citées par André Ceccarelli, il faut ajouter une grande connaissance de l’histoire du jazz et surtout ses qualités humaines : grande modestie, gentillesse inégalable, très sociable et liant, grande disponibilité pour ses  » fans  » … en bref, l’homme que l’on voudrait avoir pour meilleur ami !

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone