#Chronique : Stefano Di Battista « Morricone Stories »

Nombreux sont les jazzmen à s’être attaqués à l’oeuvre des grands compositeurs de musiques de films. Citons pour mémoire Herbie Hancock ou Miles Davis pour George Gershwin, Bill Evans pour Michel Legrand, et beaucoup d’autres. Ici, c’est le grand saxophoniste alto italien Stefano Di Battista (peut-être le plus grand des saxophonistes de jazz de la Péninsule) qui nous livre son interprétation de l’oeuvre de son compatriote Ennio Morricone, connu dans le monde entier pour son travail avec le réalisateur Sergio Leone, et aussi pour ses mélodies qui illuminaient les films de Henri Verneuil ou de Bernardo Bertolucci, et dernièrement de Quentin Tarantino.

Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto

#Chronique : Max Hartock Quartet « West Indies »

Pour les anglophones « West Indies », ce sont les Antilles. Originaire de l’archipel, le batteur Max Hartcock a intitulé son nouveau disque de ce vocable pour signifier l’importance que revêtent les sons venus de ces îles dans sa musique. Bercé dès son plus jeune âge par la musique antillaise de son père – kompa, gwoka, bèlè, Max Hartock teinte sa musique de cet héritage sonore, suggéré au fil des notes et des mélodies jouées dans cet album. Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto

The ZEMBLAS : BORN TO BE SOUL !

The Zemblas revisitent une musique intense et chaude à souhait, influencée par la musique noire américaine. Avec un tel nom décalé, qui est un clin d’oeil à la BD « Zembla » (le Tarzan français des années 60), les Niçois sont des défricheurs musicaux incomparables !

Suite →

Ecrit par Jack Lalli
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone