GREGORY PORTER NAT « KING » COLE AND ME.

Qu’on se le dise, Gregory Porter, le géant Jazz/Soul s’impose mais peut être pas là  où nous l’attendions. En effet, fort du succès de ses derniers albums Be Good, Liquid Spirit, Take me to the Alley ainsi que son Live in Berlin tous plus  gorgés les uns que les autres  d’une grosse dose de soul fortement communicative,  le natif de Sacramento a décidé de retourner à ses fondamentaux, à sa base et à la musique qui le berçait enfant.

Suite →

Ecrit par David Rompteau

Carte Postale Sonore. 

Chez Tommy’s Joynt à San Francisco . Lucie Rompteau.

Chers lecteurs, chères  lectrices, j’espère que vous vous portez bien. Les vacances sont propices au farniente accompagné de bons repas et j’avoue de bonnes siestes ! J’espère qu’il en est de même pour vous toutes et tous.

Suite →

Ecrit par David Rompteau

Chet Baker : « She was too good to me »

Chet Baker : « She was too good to me » 1974 CTI Records,

Simple et délicat, intime et mélancolique, le son de la trompette de Chet Baker est reconnaissable entre tous. Chet Baker fait en effet partie du club très fermé des musiciens identifiables dès les premières notes tel un Miles Davis, un Stan Getz ou un John Coltrane. Qu’il joue ou qu’il chante avec sa voix de velours, Chet Baker, lui qui fut l’un des principaux représentants du mouvement West Coast, a toujours une fragilité dans son approche.

Suite →

Ecrit par David Rompteau

#CHRONIQUE Herbie Hancock Fat Albert Rotunda (1969)

« Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne »

Allons… N’est ce pas plutôt un petit bistrot à l’heure matinale ou il pleut sur la ville calme ? Et oui, c’est dans les clubs, les bars, les troquets, les brasseries, les gargotes, les cabarets, les pubs, les estaminets et même dans des saloons imaginaires, que nous, les amateurs de son, nous nous réunissons. Encore une fois, c’est un débat autour d’un album qui anime la conversation, Et, une fois de plus, nous sommes perplexes…

Suite →

Ecrit par David Rompteau

Edito : Mister President !

À l’heure où j’écris ces lignes, nous aurons bientôt un nouveau président. Un président qui défendrait la culture et le jazz, on peut rêver !!! Car en ces temps décidément bien sombres, la culture en général, et le jazz en particulier nous sont d’une grande aide. Comme l’écrit Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco : « Le jazz a rythmé le mouvement pour les droits civiques aux États-Unis et demeure une source d’inspiration pour des millions de personnes qui, à travers le monde, aspirent à la liberté et luttent pour le respect et la dignité humaine. » On ne saurait mieux dire.

Suite →

Ecrit par David Benaroche
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone