#Jazz & #Gangsters : Les Baumettes

Depuis les premières années de son existence officielle, le jazz a entretenu des relations privilégiées avec le milieu, les gangsters et par extension avec la prison. Cette relation que l’on pourrait qualifier de naturelle n’a pas échappé à l’équipe de Radio Baumettes qui lui a consacré deux pleines émissions « Le jazz et les gangsters », « Les jazzmen en prison », enregistrées en direct dans le studio des Baumettes à Marseille.

Suite →

Ecrit par Francois Billard

#Radio & #Podcast La Boîte de Jazz du 24 octobre 2018 Spéciale Jazzophone

« La Boîte de Jazz » l’émission hebdomadaire présentée par votre serviteur chaque mercredi de 19h à 21h sur les ondes d’Agora Côte d’Azur 94. FM (Cannes et Grasse) 94.10 FM (Nice) et 88.9 FM (Monaco, Menton) ou agoracotedazur.fr vous propose une nouvelle émission ce mercredi 24 octobre consacrèe entièment à la seizième édition du Jazzophone et à  une table ronde avec ses collaborateurs . Suite →

Ecrit par Imago records & production

#Jazz & #Littérature 
Gil Scott-Heron « Le Vautour » Editions Points

Cyril Hely avait évoqué de façon très onirique dans le précèdent numéro du Jazzophone, Gil Scott-Heron et son roman « Le Vautour », le seul traduit en français hélas. Paru à éditions de L’Olivier, la collection Points lui redonne une nouvelle vie. Revenons donc sur ce roman, publié à New York en 1970, Gil Scott-Heron n’a pas vingt ans à l’époque, il est poète et se lance dans une fiction sur le quartier de Chelsea à Manhattan, non loin d’où il vit.

Suite →

Ecrit par Jacques Lerognon

#Édito du Printemps 2018

Bonjour à tous. Voici (enfin) le printemps et avec lui le renouveau, comme cette nouvelle mouture du Jazzophone réalisée avec la participation des étudiants de l’école d’Art et Design Condé de Nice, lors d’un concours à la création d’une nouvelle charte graphique en partenariat avec le journal que vous tenez dans les mains, concours dont la lauréate est Margaux Baissac.

Suite →

Ecrit par David Benaroche

#JAZZ&LITTERATURE White Jazz James Ellroy

 

 

 

«  White Jazz » James Ellroy

Ed. Rivages Noir

S’il n’est pas à proprement parler un livre SUR le jazz, «  White Jazz »  en est plus que fortement  imprégné. Conclusion du célèbre «  Quatuor de Los Angeles » faisant suite à «L.A.Confidential » qui parlait souvent de Chet Baker & Gerry Mulligan. Le livre nous présente un nouveau personnage , le lieutenant Dave Klein, sorte de  » Bad Lieutenant » avant l’heure, flic véreux , qui aime le jazz , en particulier ce jazz « West Coast » illustré par des musiciens blancs , (Stan Getz, Art Pepper,Bud Shank, etc.) d’où le titre , ce « petit bleu de la Côte Ouest  » comme disait Jean-Patrick Manchette , autre grand auteur de polar et amateur de jazz lui aussi.

Le lieutenant Dave Klein aime aussi les femmes… ce qui va lui causer du tort. Il a également une relation plus que trouble, quasi incestueuse avec sa sœur, et au cours de son enquête va devoir affronter ses problèmes personnels ainsi que de se faufiler entre  un vol de fourrures, un trafic de drogues dans une société de laveries, un tueur de clochards, et le racisme ambiant de l’époque, tout cela sur une ambiance mélodique donnée par  ce cool jazz qui était très en vogue en Californie  à la fin des années cinquante, époque où se déroule l’action de ce «  Quatuor de Los Angeles », dont chaque livre  peut d’ailleurs se lire indépendamment des autres.

Écrit dans une prose brève et saccadée, sans doute pour retranscrire à la fois les rebondissements de l’action et le rythme du jazz,  ce style très particulier, qu’un critique américain a décrit comme du « beat noir » , faisant référence ainsi à la Beat Génération, en plein essor à la même époque, fait la grande originalité d’ Ellroy , en sus de la psychologie pour le moins tordue de ses personnages. La conclusion est d’ailleurs un aveu d’impuissance lorsque  Klein se rend compte qu’il n’est qu’un pion sur l’échiquier politique local : « Je suis vieux, j’ai peur d’oublier, j’ai tué, j’ai trahi, j’ai moissonné l’horreur, je veux sombrer avec la musique. »

White jazz mais noir c’est noir…

www.payot-rivages.fr

Ecrit par Gilbert D'Alto

Chronique littéraire : Philippe Paringaux, rock critic et jazz lover

Chers lecteurs du Jazzophone, si vous avez un ou une proche aussi passionnés de musique que vous, et que pour les fêtes vous pensez à lui faire cadeau d’un livre sur le sujet, n’hésitez plus, c’est celui là. Ne vous fiez pas au titre, car si ce livre traite effectivement de rock (et de quelle manière), le jazz y est aussi présent et bien présent. Suite →

Ecrit par Gilbert D'Alto
  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone