Live Report : Mike Stern & Dave Weckl Band et Power Triorg au Forum Nice Nord.

mike-stern-zaius

Affluence des grands soirs au Forum Nice Nord pour le concert très attendu de Mike Stern et son groupe, car Mike se remet à peine d’un grave accident qui l’a privé de l’usage de ses bras pendant de long mois, et c’était autant pour le soutenir que pour l’admirer que le public se pressa aux guichets.

Il était entouré de Dave Weckl  et son imposante batterie, de Tom Kennedy à la basse électrique et de Bob Malach au sax ténor. Un véritable « all star band » pour Mike Stern, qui à 62 ans, affiche toujours une allure de jeune homme et une enfantine joie de jouer, qu’il prouva dés les balances en se joignant au Power Triorg de Fred D’Oelsnitz, remplaçant au pied levé un Jonathan Gritella coincé dans les embouteillages, pour jouer avec eux un blues et le standard « Stella by starlight« . Impromptu moment de grâce que l’équipe du Jazzophone, présente sur les lieux, dégusta à sa juste valeur.

20161117_181526

fred-power-triorg

A 20h30 tapantes, arriva sur scène le Power Triorg  (Fred D’Oelsnitz, orgue, Jonathan Gritella, guitare, Alain Asplanato, batterie) pour un set flamboyant, tout à fait dans l’esprit jazz fusion de la soirée, avec un répertoire  et un son rappelant beaucoup ceux du Tony Williams Lifetime, en y incluant tout de même quelques compositions personnelles. Une ovation conclut leur set, car le public était venu pour goûter ce genre de musique, et s’en régala.

Un bref changement de plateau et ce fut l’arrivée sur scène des quatre américains,  tous sobrement vêtus de noir, à l’exception de Weckl, qui arborait une chemise blanche .Et les décibels se déchaînèrent. Entrée fracassante sur ce « Fat time » composé par Miles Davis qui rendit instantanément Mike Stern célèbre à 28 ans, grâce à son archétypal solo sur ce morceau, qui figure sur » The Man with The Horn », album qui marquait en 1981 le retour du génial trompettiste sur le devant de la scène.

mike-stern2

La main gauche cachée par un gant  noir auquel était collé un médiator, Mike continua ses soli d’enfer, soutenu sans faille par l’impressionnante rythmique (Tom Kennedy, virtuose absolu, et compagnon de route de Weckl de puis l’âge de 8 ans à Saint Louis  Missouri, c’est dire leur complicité) et dialogua avec Bob Malach, qui possède un beau son de ténor, riche et rauque à la fois, dans l’esprit d’un certain Michael Brecker, avec qui Mike collabora également par le passé. Alternant compositions de Mike et de Weckl, le groupe déroula un set incandescent d’une seule traite, avec un énergie étonnante  pour des hommes frisant,  ou ayant déjà,  la soixantaine.

mike-stern-band

Triomphe absolu, et  devant l’insistance du public , le groupe revint pour deux rappels , le premier étant une reprise du fameux « Red House » de Jimi Hendrixl’un des musiciens favoris de Mike, le second étant « Chicken » composition ultra-connue de Jaco Pastorius, dont Mike était l’ami et le sideman.

Une soirée riche en émotions et un véritable régal avec une musique qui s’adresse à la fois à la tête, au coeur et aux pieds !

www.nicemusiclive.fr

www.mikestern.org

www.daveweckl.com

www.freddoelsnitz.fr

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone