Live Report : Week-End musical à Nice et Cannes

selim giliard

N’écoutant que son courage et sa passion pour la note bleue, le chroniqueur du Jazzophone fit ce week-end dernier un périple jazzistique le long de la Riviera. 

En commençant par Cannes où se produisait, à l‘Espace Mimont, le quartet de Fred D’Oelsnitz pour un hommage à Miles Davis, période 60’s. Fred (trompette et  piano) était entouré de Jean-Christophe Di Constanzo (piano, sax alto ), Giliard Leitzke Lopes ( contrebasse) et Bernard Weidmann ( batterie) pour un répertoire allant de  » Walkin  » à « Nefertiti ». Une belle prouesse de la part de ces musiciens que de faire renaître cette musique admirable avec passion et dévotion. Ils furent rejoints en deuxième partie par le jeune saxophoniste ténor Julien N’Diaye  et par Selim Nini au piano et au sax alto , pour une  mémorable jam session qui clôturait une tout aussi mémorable soirée.

Nous reprîmes ensuite le chemin, de Nice, où par chance, et grâce aux talents de conducteur de Fred, votre serviteur arriva à temps pour le dernier set de Marjorie Martinez au Shapko Bar.  Avec un quartet expert (Jean-Marc Jafet, basse, Jonathan Gritella, guitare et Alain Asplanato, batterie ) elle envoya son jazz-folk-rock-blues, fait de compositions originales et de quelques reprises ( Janis Joplin, Sheryl Crow ) avec charme et talent, comme toujours.

marjorie3

Le lendemain, au même endroit , deux concerts se succédèrent,  aussi passionnants que différents . Tout d’abord une jam-session centrée autour de la contrebasse d’Olivier Giraudo, avec entre autres, Symphorien Desmares à la guitare, Antoine Marcel, de retour de Bruxelles à la trompette, et l’apparition surprise et ô combien appréciée de Sébastien Chaumont  au sax alto venu apporter sa touche personnelle à ces standards du swing et du be-bop.

seb assis b&w

Tout à fait autre fut le set qui suivit. Le Rom D. Collective, formation  multiforme créée par le batteur Romain Dravet, originaire de La Colle sur Loup, mais ayant passé 10 ans à Londres., créa la surpriseCe soir là,  la formation comprenait Fred Luzignant au trombone, Manu Carré au sax ténor, Nicolas Luchi à la basse et le guitariste italien Gianluca Corona, connu pour ses collaborations avec Al Di Méola. La musique , entièrement due à la plume de Romain, est une fascinante mixture , un brouet ( un «  Bitches Brew’‘ , l’allusion n’est pas innocente…) de jazz, rock et soul-funk . Bien campé derrière ses fûts, il drive avec souplesse et fermeté les solistes, qui brillent sur ces compositions largement ouvertes. L’une d’entre elles , « Sweet blue planet  » eut particulièrement les faveurs du public , venu étonnament nombreux en ce dimanche soir pluvieux. De nombreux musiciens s’étaient d’ailleurs déplacés pour assister au concert de cette rare formation.

rom d collective

En bref , un week-end musical où la qualité musicale fut de haut niveau, ainsi que la convivialité. Et en route vers de nouvelles aventures, que nous une manquerons de vous narrer ici.

Photos : Gilbert D’Alto,  Philou Antsirabe, Andrea Vecchiola.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone