#RIP Randy Weston 1926-2018

C’est un géant, dans tous les sens du terme, (il mesurait près de 2m) qui s’abat. En effet Randy Weston, né à Brooklyn, New York en 1926 et décédé dans la même ville le 1er septembre 2018 était l’un des plus grands pianistes et compositeurs de jazz  et également un chantre de l’africanité.

Pianiste virtuose, formé à l’école du be-bopil restera toute sa vie un adepte de l’un des fondateurs de ce style, le pianiste Thelonious Monk, dont il applique les conceptions rythmiques à ses propres compositions. Il publie son premier album à 28 ans en 1954, un hommage à Cole Porter dont il reprend les compositions d’une manière peu conventionnelle. S’ensuit une carrière prolifique et beaucoup d’enregistrements, la plupart sous son nom mais aussi avec des géants tels que Charles Mingus ou Art Blakey. Il collabora également beaucoup avec la tromboniste Melba Liston.

En 1961, il pose enfin le pied sur le continent qui le fascine : l’Afrique. Puisant beaucoup de ses mélodies dans les musiques venues du continent noir, il va s’imprégner complètement dans cette culture, et en 1967, suite à une tournée dans 14 pays du continent africain, il décide de s’installer au Maroc, où il fonde un club : The African Rhythm Club du côté de Tanger. Il se plonge dans la culture marocaine et travaille avec des musiciens gnaouas. Il enregistre  avec ceux-ci a plusieurs reprises (Tanjah : 1973, Blues To Africa : 1974, The Splendid Master Gnawa Musicians of Morocco, 1992, etc,)

Durant les années 90, il fait incessants allers et retours, en musique comme dans la vie, entre les deux rives transatlan­tiques, Afrique et Amérique, et se produisant également beaucoup en France. L’une de ses dernières apparitions dans notre pays eut lieu le 21 juillet dernier lors du Nice Jazz Festival 2018, ou accompagné d’un quintet dans lequel brillait le saxophoniste Billy Harper, de 21 ans son cadet, il enchanta le public du Théâtre de Verdure qui lui fit un triomphe.

Il s’éteint paisiblement dans ce Brooklyn qui l’a vu naître. Une légende s’éteint mais sa musique continuera de briller pour longtemps. Randy lives !

http://www.randyweston.info

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone