Sur La Piste d’un 33 Tours : The Legendary Marvin Pontiac

600x600

Mais qui est Marvin Pontiac pour être considéré comme une légende avec pour seul disque, un best OFF sorti en 1999 sur le label Strange and beautiful ? Les seules photos qu’on connait de lui ont été prises à l’hôpital Esmeralda State Mental Institution par un autre patient nommé Nephets Notrot six mois avant sa mort suite à un accident dans un bus en 1977.

Né en 1932 à New York, d’un père Malien et d’une mère Juive, Marvin Pontiac a grandi entre Bamako et Detroit. Il quitta le Mali à 15 ans pour arriver à Chicago où il fût accusé par Little Walter de copier sa façon de jouer de l’harmonica.
Cette accusation a mené à un pugilat à l’extérieur d’un petit club sur Maxwell Street.  La perte du combat contre Little Walter beaucoup plus petit que lui, était si humiliante pour le jeune Marvin qu’il quitta Chicago et se déplaça vers Lubbock, au Texas où il devint l’assistant d’un plombier.
Dans les années 50, une rumeur mal fondée disait que Marvin pouvait avoir été impliqué dans un cambriolage de banque. On le retrouve en 1952, où il enregistre un premier titre « I’m A Doggy » pour Acorn Records. Dans les années qui suivirent il continua d’enregistrer, mais en 1970 il devint soupçonneux vis-à-vis de l’industrie du disque et c’est à partir de cette époque qu’il sombra peu à peu dans la folie.

L’histoire aurait pu continuer longtemps mais tout ceci est une pure et géniale invention de John Lurie.
 Exprimant à la fois ses talents de musicien, comédien, peintre, il devint célèbre pour ses apparitions dans Down By Law et Stranger than Paradise de Jim Jarmusch.

John-Lurie-980x974Le saxophoniste des Lounge Lizards a souhaité avec la réalisation de ce disque délaissé le saxophone et s’essayer au chant.
 Avec son timbre particulier et accompagné de ses amis Steve Bernstein, Art Baron, Marc Ribot ou encore Angélique Kidjo et John Medeski, John Lurie a réussi à construire un voyage autour de ce personnage Marvin Pontiac.
 L’album commence avec « I’m a Doggy » titre Bluesy brut suivi de « Small Car » où les origines maliennes de Pontiac refont surface. Le groove Funky de « Now I’m Happy » s’accorde avec le saxophone de Mickael Blake.
 Les titres suivants demeurent dans une tonalité poétique, entre des Runnin’ Round, Bring me Rocks, Arms and Legs groovy à souhait. John Lurie nous offre un voyage musical où les mélodies forment une ritournelle que sa voix posée vient harmonieusement appuyer.
 Enfin, John Lurie signe avec cet album une œuvre que l’on ne pourra qu’apprécier au regard de la qualité de l’ensemble.
Pour les amateurs, quelques pressages en vinyles auraient été aperçus du coté de BerlinJohn Lurie se rendait régulièrement avec les Lounge Lizards pour y donner des concerts ; ou bien est ce Marvin Pontiac lui même qui les aurait expédié en ce lieu …

« Une révélation » LEONARD COHEN

« L’Innovation et les Possibilités qu’offrent sa musique me laissent sans voix » BECK

The Legendary Marvin Pontiac – Greatest Hits 1999

Tracklist :

  1. I’m A Doggy
  2. Small Car
  3. Now I’m Happy
  4. Power
  5. Runnin’ Round
  6. Pancakes
  7. Bring Me Rocks
  8. Rubin
  9. Wanna Wanna
  10. Sleep At Night
  11. Arms & Legs
  12. She Ain’t Going Home
  13. Little Fly
  14. No Kids

Ecrit par Franck Delasoul

2 Commentaires

  1. Pingback: #SurLaPisted’un33Tours The Legendary Ma | Imago records & production

  2. jimbo 28 février 2017 18 h 02 min / Reply

    formidable coup de genie de John Lurie musicine habite et tout aussi inventif

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone