Un film sur le jazz : « Born to be Blue »

Les films sur le Jazz sont rares. Il faut donc les apprécier à leur juste valeur. Il est toujours intéréssant de voir portée à l’écran la vie des musiciens que nous chérissons tant. Néanmoins tous ne sont pas des réussites exemplaires, et le sujet est souvent difficile à traiter, sans tomber dans les clichés. D’autant plus qu’il s’agit ici de la vie de Chet Baker, musicien emblématique dont le succès a dépassé le cercle restreint des amateurs de jazz purs et durs pour toucher le grand public.  

Disons le tout net, si les interprétations de Ethan Hawke et de Carmen Ejogo (dans le rôle de Halima Baker, ici rebaptisée Elaine (?) sont magistrales, le film ne convainc pas vraiment. Trop de bluette hollywoodienne, pour romantiser un personnage qui ne l’était pas vraiment. Junkie notoire, le vrai Chet Baker était souvent  menteur, tricheur, arnaqueur, profitait de ses femmes et de ses musiciens, etc.  Terrifié par la figure tutélaire de Miles Davis, qui en revanche, ne l’appréciait guère, il redoutait  de lui être comparé, car la comparaison n’était jamais à son avantage. Chose que le film par contre réussit à rendre avec brio. Ce film vaut pour la recréation d’un âge d’or du jazz, ainsi que pour son portrait des faiblesses d’un créateur, mais n’arrive pas à emporter l’adhésion totale, car effleurant trop son sujet. A voir tout de même, bien sur, ne serait ce que pour sa séquence finale, remarquable en tous points.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone