#Chronique : Ashley Henry « Beautiful Vinyl Hunter »

Londres continue d’alimenter la scène jazz de ses perles. La dernière en date est le jeune et talentueux pianiste Ashley Henry (26 ans). Découvert via une fantastique reprise de « The world is yours » de Nas, il transforme l’essai avec un brillant premier album, magnifiquement intitulé « Beautiful Vinyl Hunter ».

Épaulé par la fine fleur du jazz anglais, il produit 15 morceaux très enlevés et rythmés, aux influences multiples, mais centrées autour du trio magique jazz-soulrap. Bien évidemment, on retrouve cette énergie et ce bouillonnement propres à la ville. Son interprétation du morceau de Solange, « Cranes (in the sky) » est bluffante. Mais Ashley Henry est bien plus qu’un simple artiste de reprise. « Between the lines », « Introspection » ou « I still believe » montrent un véritable éclectisme et une qualité rare à tenir une exigence de qualité sur la longueur, alors que beaucoup se contentent aujourd’hui de 6 titres maximum. 

https://www.ashleyhenrymusic.com

Ecrit par Cyril Hely

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone