#Chronique : Don Billiez « Echoes of magic trips »

Ces « Echos de voyages magiques » que nous propose le saxophoniste Don Billiez dans son dernier opus sont bien sur une réminiscence des années 60 et 70, et de la période psychédélique que cet ancien compagnon de route de Nino Ferrer et d’Alain Bashung, deux pionniers du rock aventureux en France, a bien connue.

Des accents rock/pop électriques très urbains ; ambiances Doors/Floyd/Afro-Soul Jazzy, une plongée dans l’atmosphère expérimentale et organique des seventies, un peu dans l’esprit de ce qu’avait entrepris notre héros niçois, et saxophoniste ténor lui aussi, Barney Wilen dans son album « Dear Prof, Leary », première tentative de Jazz-rock fusion psychédélique à la française. En 10 titres instrumentaux (dont une adaptation du « Madame rêve » de son ancien employeur) c’est une promenade sur des terres étranges à laquelle nous sommes conviés, un « trip » loin des sentiers battus du jazz-rock habituel. Ici, nulle démonstration de virtuosité, mais une abondance de climats à la fois obsessionnels et planants. Get on the magic bus, you’re welcome !

http://www.donbilliez.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Leca 13 août 2018 7 h 20 min / Reply

    Bonjour, j’ai cet album del Maestro Don Billiez et il est absolument somptueux. Les titres sont travaillés, fouillés et gardent toujours à l’esprit ce côté aventureux des meilleures apnées dans le monde des silences musicaux. En effet, le souffle il n’en manque pas l’ami Michel Billez et ses plongées dans la musique majestueuse des années ’70 avec ce clin d’oeil aux songes d’Alain Bashung révèle s’il en était autrement une maestria non feinte. Grand album ! 🙂

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone