Décès de Paul Bley, pianiste génial et méconnu.

hqdefaultPaul Bley, qui vient de s’éteindre à New York à l’âge de 83 ans, était l’un des pianistes les plus doués de sa génération.

Né à Montréal en 1932, il devint une influence majeure sur nombre de pianistes, mais ne connut jamais la renommée internationale de son illustre compatriote Oscar Peterson, ou de son disciple Keith Jarrett. Accompagnateur de Charlie Mingus, il rencontre sa première épouse, Carla Borg, alors qu’elle est vendeuse e cigarettes au club Birdland, où il se produisait avec le contrebassiste, Devenue Carla Bley, celle-ci fait profiter Paul de son talent ce compositrice , et lui offre quelques perles comme le fameux « Ida Lupino ». Après avoir quitté Mingus, il collabore avec Sonny Rollins, mais surtout Ornette Coleman et Don Cherry, et devient l’un des pianistes les plus emblématiques du free-jazz.

Son jeu tout en délicatesses est pourtant à l’opposé de l’expressionnisme virulent qui fait rage à l’époque. Pour explorer ce côté « debussyen »  il crée un trio avec le clarinettiste Jimmy Giuffre et le contrebassiste Steve Swallow. Ce trio sans batteur, clarinette, piano, et contrebasse, est une véritable révolution, et un jalon important dans la carrière de Bley. Puis ce dernier s’oriente vers les musiques électroniques avec sa seconde épouse, la chanteuse Annette Peacock, et crée le Bley-Peacok Synthétiser Show, tout en continuant à se produire en piano solo de son côté. Puis il revient à un jazz plus « classique »  en créant un trio avec le contrebassiste Charlie Haden, et le batteur Paul Motian, qui seront par la suite les accompagnateurs de Keith Jarrett, pianiste très largement influencé par Paul Bley.En 1991, il enregistre « Plays Carla Bley » (Steeple-Chase) entièrement consacré aux compositions de son ex-épouse. Les dernières années de sa vie le voient se forger une carrière d’enseignant, mais il continue d’enregistrer, notamment avec Charlie Haden. Un très grand musicien, qui sera unanimement  regretté par ses pairs.

http://www.improvart.com/bley

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone