Décès d’Eddy Louiss, l’un des plus grands organistes du monde.

800px-Eddy_Louiss_2011Eddy Louiss qui vient de nous quitter brutalement, était l’un des musiciens français les plus créatifs qui soient. Maître de l’orgue Hammond B3, il était l’un des plus grands spécialistes de l’instrument au monde, adoubé par Jimmy Smith lui même. Eddy Louiss, issu d’une famille de musiciens (son père était trompettiste, instrument qu’il pratiquait également), apprit très jeune le piano, puis devint rapidement musicien quasi-professionnel tout en poursuivant ses études.

Il chante également, et fait partie du groupe des Double Six, fondé par Christiane Legrand, sœur de Michel Legrand. Mais c’est la découverte de l’orgue Hammond qui va le rendre célèbre dans le milieu du jazz, car il est l’un des rares à ne pas copier servilement les Américains, et à s’être forgé un style personnel, qui l’amènera à accompagner  les plus grands jazzmen, comme Barney Kessel, Johnny Griffin, Stan Getz. Dans les années 60, il forme un trio avec le guitariste belge René Thomas et le légendaire batteur Kenny Clarke, un des fondateurs du Be-bop. Il entame également une longue et fructueuse collaboration avec Claude Nougaro  dont il devient le pilier de l’orchestre,  et qui lui dédiera un morceau –hommage : ‘’ C’est Eddy ‘’. Il jouera aussi avec Henri Salvador, Barbara, Jane Birkin, Serge Gainsbourg

Mais le jazz reste sa passion, et il enregistre  avec Stéphane Grappelli, Jean-Luc Ponty, Ivan Jullien, Michel Colombier… et tourne constamment. Il crée le Multicolor Feeling, un orchestre de plus de vingt musiciens que nous pûmes découvrir dans la région au Festival d’Antibes-Juan-les-Pins. Dans les années 90, il publie un album en duo avec Michel Petrucciani « Conférence de Presse », dont le succès est tel que les deux hommes doivent en enregistrer dare-dare un deuxième. Il enregistre également un duo avec Richard Galliano. Dans les années 2000, hélas, sa santé des détériore, et en 2006, il est amputé du pied gauche. Difficile combat qu’il mène avec courage, organisant néanmoins avec ses comparses Maurice Vander, Luigi Trussardi et Bernard Lubat, une tournée en hommage à leur leader Nougaro,  et à la fin de la décennie, il renoue avec le succès et fête ses cinquante ans de carrière à l’Olympia. En 2012, il se produit en quartet au Nice Jazz Festival en compagnie de Richard Galliano. Ce fut hélas la dernière fois où nous aurons eu l’occasion d’admirer cet immense musicien qui vient de s’éteindre  à l’âge de 74 ans.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone