LIVE REPORT Fred D’Oelsnitz trio à Cannes

Fred D'Oelsnitz trio

Belle idée que d’organiser un concert à cette heure, 18h30, un vendredi. Permettre de passer agréablement de la semaine au weekend. Comme un apéro musical. Quand, en plus, le concert à lieu dans le cadre de la très belle bâtisse qu’est la médiathèque Noailles à Cannes, la soirée augurait bien.

Il n’a fallu que quelques accords et une ligne mélodique égrenés sur le clavier pour que le trio de Fred D’Oelsnitz captive l’attention des forts nombreux spectateurs jusque-là plus attirés par la buvette et la pissaladière. De la petite blonde de 4, 5 ans à la mamie en appui sur sa canne, tout le monde n’avait d’yeux et d’oreilles que pour Fred au piano, François Gallix à la contrebasse et Stéphane Foucher le batteur. De très belles compositions anciennes ou plus récentes d’un futur deuxième album. Des compos dont certaines, « Flash » par exemple, semblent avoir été écrites autant pour le piano que pour la basse tant l’osmose entre D’Oelsnitz et son bassiste est prégnante. Deux sets, de très beaux moments, dans le deuxième, « Fresh » (peut-être « Fraiche » d’ailleurs), un tempo lent, François Gallix chorusse sur le thème du pianiste, un riff, répété ad libitum, croit-on jusqu’à ce que le rythme s’emballe en un bop frénétique pour retomber après un passage basse-batterie vigoureux, dans le thème initial. Magnifique. Pour ceux qui regrette déjà de les avoir manqués, rappelons qu’ils seront, entre autres, en première partie du trio d’Enrico Pieranunzi, le 18 avril et ce soir au Shapko à Nice.

Jacques Lerognon

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone