#JAZZ&CINEMA Michelangelo Antonioni Cinéaste et JazzFan

Jazz et Cinéma

Michelangelo Antonioni, Cinéaste et jazzfan par Gilbert D’Alto

 

Considéré par la plupart des cinéphiles , critiques et spécialistes du cinéma italien comme l’un des plus grands réalisateurs du XXème siècle,Michelangelo Antonioni était aussi un grand amateur et connaisseur de musique en général et de jazz en particulier ( Il était aussi grand amateur et connaisseur de football, mais je m’éloigne…).
Le jazz illustre souvent ses images, et notamment dans deux de ses chefs- d’oeuvre ‘’ La Notte »  ( 1961) et «  Blow-up » ( 1966 ), dont il confia la bande sonore à deux jazzmen , tous deux pianistes de renom, l’italien Giorgio Gaslini pour le premier et l’américain Herbie Hancock pour le second.
Dans le premier, le quartet très « cool jazz’’ de Gaslini accompagne la dérive du couple en fin de parcours interprété par Marcello Mastroianni et Jeanne Moreau, dérive qui se termine au petit matin dans les jardins de la villa milanaise où le quartet continue d’improviser alors que l’amour se meurt.
Antonioni s’est certainement inspiré du travail de Louis Malle pour« Ascenseur pour l’échafaud »  (1957) dans lequel Malle laissa Miles Davis et son quartet improviser la musique du film en regardant les rushes de ce dernier. Dans «  La Notte «  la musique suit les personnages tout au long du film, et autre clin d’oeil au jazz (et peut-être à Louis Malle, qu‘il appréciait beaucoup, ), lorsque Monica Vitti se baisse pour ramasser une pochette de disque tombée près de l’électrophone, c’est celle de ‘’ Kind of blue » du même Miles Davis…
Dans « Blow -up » film symbole de l’époque du Swinging London, tourné en Angleterre avec dans les rôles principaux David Hemmings et Vanessa Redgrave, il choisit de faire interpréter un jazz très « soul «   et dansant par Herbie Hancock, dont il admirait le travail. Une anecdote, narrée par Hancock, est très parlante quant à l’amour d’Antonioni pour le jazz: Hancock , peu satisfait des musiciens de studio anglais choisis pour enregistrer la B.O. qu’il avait écrite , demanda à Antonioni de réenregistrer le tout à New York avec ses amis musiciens de chez Blue Note. Hélas, le contrat ne permettait d’enregistrer que dans un pays du Commonwealth. Hancock prétexta alors de partir enregistrer en Colombie-Britannique (Canada), avec des musiciens locaux, mais alla en fait à New York et recruta Joe Henderson, Ron Carter, Freddie Hubbard , Bobby Hutcherson et Jack de Johnette pour jouer ses partitions. Revenu à Londres, il les fit écouter à Antonioni, avec sur les boîtes les noms des soi-disant musiciens canadiens censés les avoir enregistrées. La réaction d’Antonioni fut immédiate : ‘’ Tu me prends pour un novice, Herbie ? ‘’ et nomma un à un tous les jazzmen de renom qui jouaient sur les bandes…ils gardèrent cela pour eux, et la vérité ne fut révélée que des années après…
Pour son film suivant «  Zabriskie Point » (1970)  il recruta deux groupes de rock majeurs de l’époque, Pink Floyd et le Grateful Dead.Une époque avait changé.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone