Les « assos » et le Jazz – Jazz Up

Les grands festivals, les concerts prestigieux, les belles tournées aux quatre coins de la planète, c’est le quotidien des grands noms du jazz mais il y a aussi les autres, d’excellents musiciens mais sans impresario qui ont du mal à vivre de leur musique, ils galèrent pour trouver des lieux pour jouer. Ce sont souvent des bénévoles passionnés de jazz qui se réunissent en association, et qui organisent des concerts pour ces groupes, parmi elles il y a Jazz Up à Opio, une petite commune dans les Alpes Maritimes.

jazz up

© Yves Moch

 

Au début, ils étaient un petit groupe de musiciens amateurs qui se réunissaient à Antibes sur une zone en passe de s’urbaniser… la cata pour le petit groupe jusqu’au jour où, parfois, la chance se présente. Habitant à Opio, plusieurs membres du groupe demandent à la municipalité s’il est possible de répéter de temps en temps dans la salle municipale… Permission accordée, si bien qu’une autre idée germe : pourquoi ne pas organiser occasionnellement un concert avec des musiciens reconnus de la région ? Encore une fois, la municipalité trouve l’initiative intéressante. Sitôt dit, sitôt fait, le premier concert a lieu. Au fil des années, l’association va trouver d’autres bénévoles prêts à sortir et ranger les chaises et les tables, à faire le ménage en fin de soirée et à tenir la buvette. Un seul mot d’ordre de la Mairie, que la salle soit nickel et prête à recevoir d’autres activités. Une belle aventure qui continue comme le raconte son président Michel Raynaud.

Est-ce que les concerts de jazz ont tissé un lien à Opio ?
Ça a tissé un lien, oui et non. C’est surtout que ça a donné une réputation et une image au village et à la municipalité… Avant on associait Opio et le Club Med maintenant, le maire raconte… quand on dit Opio, les gens disent ah, Jazz Up, ça commence à donner une notoriété au village.

Recevez vous une subvention ?
Aucune, on ne vit qu’avec les bénévoles et les gens qui viennent. Les 3 ou 4 premières années, c’est surtout nous qui avons payé le matériel parce que l’installation qui est là maintenant n’existe que depuis 3 ans et nous, nous existons depuis 8 ans. C’est-à-dire que
pendant 5 ans, c’est nous qui avons acheté tout le matériel, sonorisation et lumière, sur nos fonds propres mais ça fait partie de nos hobbies, c’est notre danseuse.

Parmi les bénévoles un médecin qui est aussi vice présidente, Jocelyne Saos…
Ce n’est pas le fait d’être vice présidente dans une association, c’est le fait d’être bénévole, on se partage les rôles, on choisit les musiciens, nous allons dans beaucoup de concerts pour aller écouter un ensemble de jazzmen. Je suis très éclectique, j’ai la chance d’aimer beaucoup de sortes de musique et bien sûr le jazz…

Comme dans toutes associations, il y a un trésorier à Jazz Up, c’est une trésorière avec une casquette de pianiste et de programmatrice des concerts, Patricia Rafidison.
Toute la première année, on a fait une scène ouverte et invité des musiciens qui nous ont
aidé, on a eu beaucoup de chance… Au fur et à mesure des années, on a commencé des concerts de trente, quarante personnes et maintenant, on doit être un peu plus de cent, cent-vingt avec des gens qu’on a fidélisé… Il y a des gens qui attendent ce rendez-vous tous
les mois et ils font confiance. Ils savent que si le programme est là, ils ne se posent pas de
questions. Le jazz, c’est aussi l’amour de la musique et le partage avec le public, si on ne peut pas se parler, les gens s’en vont tout de suite, on sent à la fin que s’il n’y a pas eu
d’amour, il n’y a pas d’échange.

Que se passe-t-il dans l’association en dehors de ces rendez vous ?
Il n’y a pas que des concerts, il y a des ateliers jazz dans des villas de particuliers et chaque musicien reçoit à tour de rôle des musiciens amateurs, on a une vingtaine d’élèves pour les
ateliers jazz, à peu près, tous les trois mois, ils passent en première partie d’un concert.

Cette notoriété montante vous donne-t-elle envie de recevoir une grosse pointure du jazz ?
Si vous connaissez un financier pour un tel projet, n’hésitez pas… donnez lui nos coordonnées !

Alors, amis du jazz, un petit effort, poussez jusqu’à Opio, la note bleue a su se poser là!

Pour contacter l’association Jazz Up : 06 12 16 68 47 – www.jazzup06.org

Ecrit par Jean-Pierre Lamouroux

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone