#LiveReport : José James au Forum Nice Nord

Six mois après avoir été annoncé, puis annulé pour raisons de santé, le « crooner des temps modernes » José James était enfin présent sur la scène du Forum Nice Nord le 27 octobre dernier, pour une nouvelle Nice Jazz Sessions, avec en première partie le quartet du jeune batteur Thomas Galliano. 

Commençons par le commencement : le quartet de Thomas Galliano (Fred D’Oelsnitz, piano et Fender Rhodes, Gilliard Lopes contrebasse, Alexis Avakian, sax ténor) était puissant, jouant une musique modale, fortement imprégnée de celle de Coltrane, avec des effluves du Herbie Hancock de la période Blue Note, mais constituée uniquement de compositions du leader. Leader dont le jeu n’est pas sans rappeler celui d’un Elvin Jones, d’ailleurs. Un Fred D’Oelsnitz impérial au Fender Rhodes, un Alexis Avakian inspiré, parfois à la limite du free mais sans passer la barrière de l’atonalité, et un Gilliard Lopes toujours plus impressionnant, voilà de quoi faire une première partie d’excellente qualité.

Puis vint José James. Tout de noir vêtu,  avec un look très « rocker »,  jeans, bottes et perfecto, avec un bandana autour des cheveux et des Wayfarer qu’il n’enleva que pour le rappel, il était aux antipodes de l’image habituelle du jazzman. Pourtant dès qu’il s’empara du micro, et que résonna sa chaude voix de soul crooner, c’est bien de  jazz dont ‘il s’agissait, ou plutôt de Soul jazz dans la veine de Gil Scott-Heron ou de Bill Withers, dont il interpréta un medley des titres les plus connus  « Ain’t no sunshine » et « Grandma’s hand ». (On ne peut acheter mon âme), puis enchaina avec son hit actuel « To be with you ».

Entouré d’un classique trio piano / Rhodes, basse, batterie, il laissa libre cours à des improvisations vocales très rythmiques, marquées par le hip-hop , mais toujours chantées, jamais rappèes.  De belle échappées du pianiste japonais Takeshi Ohbayashi et une rythmique qui assurait en souplesse derrière le chanteur qui jouait de son image de « Pretty bad boy », enlevant son perfecto, pour faire jouer ses muscles et révéler ses tatouages, puis le remettant, avec force clins d’oeil au public féminin, à la grande joie de ce dernier.  Un seul reproche (bénin) peut-être à faire sur la longueur des morceaux, dépassant parfois les 15 minutes.

Un public venu très nombreux acclama longuement le chanteur et quitta le Forum Nice Nord ravi de Soul jazz lives.

Line up : José James : voix, guitare ; Takeshi Ohbayashi : claviers : Josh Hari : basse ; Richard Spaven : batterie

www.josejamesmusic.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone