Live Report : Sunday, jazzy Sunday : The Fabulous Quintet & Buckshot Gala

fullsizerender-3

Dimanche  11 septembre 2016 où l’on commémora les 15 ans de l ‘attentat qui meurtrit si cruellement la capitale du jazz et que l’on nomme désormais 9/11, l’équipe du Jazzophone en profita justement pour célébrer cette musique et la ville où elle se développa de si légendaire  façon.

Nous nous rendîmes de prime abord à Castaniers pour y assister, dans le cadre des Estivales du Conseil Général au projet « Les Clés du Souffle » par the Fabulous Quintet.  Quintette effectivement fabuleux puisque il est une réunion au sommet de quelques uns des tout meilleurs musiciens de jazz de la région, voire de France, Nous y retrouvons Fred D’Oelsnitz, piano et arrangements, Sébastien Chaumont , saxophone alto, Eric Jeausserand (trompette) Pierre Marcus, contrebasse et Laurent Sarrien (batterie), les deux derniers remplaçant François Gallix et Stéphane Foucher, habituels comparses de Fred, et membres permanents de son trio.

Avec un répertoire allant du Louis Armstrong à Miles Davis, le groupe reprit la route du jazz, comme s’intitulait un autre spectacle auquel participait également Fred D’Oelsnitz.  Ils attaquèrent par une version du « Concerto d’Aranjuez » inspirée par l’interprétation qu’en donna Miles Davis, enchaînée à  un standard d’un autre grand trompettiste, « Birdlike », écrit par Freddie Hubbard qui fait dans son titre même référence à Charlie Parker, l’inventeur du be-bop, style dans lequel est composé ce morceau. Ils continuèrent avec le classique de Louis Armstrong « Do you know what it means to miss New Orleans ? » dans lequel nous eûmes la surprise (et  la chance) d’entendre la voix très bluesy de Sébastien Chaumont, puis ce fut « Les feuilles mortes » ou plutôt « Autumn leaves » dans la version qu’en donnait Cannonball Adderley dans son album « Somethin’else », avec un impérial Eric Jeausserand s’approchant de son maître Miles Davis.  Et, à l’étonnement de tous, une « Badinerie » de  Jean-Sébastien Bacharrangée à la sauce jazzy pour démontrer comme nous l’expliquait Fred, la modernité du compositeur. On termina justement par la modernité la plus complète avec un arrangement de  »Tutu » composition de Marcus Miller écrite pour Miles Davis, sur laquelle Seb Chaumont et Jeausserand firent des prodiges.

Un concert qui fut un ravissement de bout en bout.

Mais la soirée n’était pas finie. Nous prîmes ensuite la direction de Nice pour nous rendre au Shapko  officiait le groupe Buckshot Gal , qui fait partie du Projet d’accompagnement La Ruche, catégorie « Jazz actuel ». Un groupe composé de jeunes et excellents musiciens (Alexandre Gauthier – Drums // Anthony Macconi – Piano // Axel Tamdrari – Bass // Jacob Vacek -guitare)buckshot-gala

Un jazz original,  moderne, modal avec de belles envolées lyriques, celles de la guitare en particulier. Un moment de découverte qui faisait suite à émerveillement ressenti à Casaniers, et donc par cela même rafraichissant . Puis vint l’heure de la jam session pendant laquelle nous eûmes le bonheur de voir le saxophoniste Joris Mallia se joindre au groupe et souffler la tempête sur des standards du jazz moderne. Une belle conclusion pour une parfaite soirée.

Photos : Olivier Giraudo, Philou Antsirabe

https://soirees-estivales.departement06.fr

www.freddoelsnitz.fr

www.shapkobar.fr

www.lejazzophone.com/le-groupe-laureat-jazz-actuel-2016-du-projet-la-ruche-est-buckshot gala.

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone