#PORTRAIT Nancy Wilson

Si en France, on connait bien sûr la sainte trilogie des chanteuses de jazz, c’est-à-dire Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan et Billie Holiday, on connait beaucoup moins celle qui dans le domaine du jazz est considérée leur égale et qui , dans le domaine de la soul est comparée à Dionne Warwick et Diana Ross , j’ai nommée »The Girl With the Honey-Coated Voice » ( la fille avec la voix habillée de miel ) , Miss Nancy Wilson.

Avec plus de 70 albums à son actif , et trois Grammy Awards, elle est dans son pays une véritable célébrité, considérée comme l’une des plus grandes chanteuses de jazz, soul, blues et R’n’B. Elle est également comédienne, et possède une formidable personnalité scénique qui lui a valu d’avoir son propre show télévisé dans les années soixante.

Née dans l’Ohio en 1937, elle grandit au son d’artistes tels que Nat King Cole, Dinah Washington, Jimmy Scott, Ruth Brown, oscillant entre rythm and blues et jazz, ce qu’elle fit durant toute sa carrière. Comme beaucoup de ses consoeurs afro-américaines, elle se rendit compte de ses talents de chanteuse dans le choeur de l’église, et décida de devenir chanteuse à l’âge de quatre ans !
Alors qu’elle étudiait à l’Université de Columbus (Ohio) elle fit la rencontre déterminante de Cannonball Adderley qui la persuada se s’installer à New York , où elle fut très vite remarquée dans les clubs et signa chez Capitol Records . Son premier simple ‘’ Guess who I saw today «  fut un tel succès que Capitol lui fit enregistrer cinq albums entre 1960 et 1962 ! Dont un avec son mentor Cannonball qui reste l’un des plus beaux albums de Jazz vocal jamais enregistrés. En revanche, l’album «  Like in Love ‘’ flirtait beaucoup plus avec le rythm and blues. 
Elle devint très rapidement une des personnalités du monde du jazz et du show -business, ceci étant dû à sa voix magnifique dans laquelle tout est «  luxe et volupté » pour paraphraser Baudelaire, à ses performances scéniques, ainsi qu’à son élégance et sa beauté.
Enchaînant concerts , films, shows télévisés, séries télévisées, albums , elle fut néanmoins extrêmement présente dans les luttes pour les droits civiques des Noirs américains pendant les années soixante , et fut intronisée à la Civil Rights Hall of Fame du Martin Luther King National Historic Site , récompense qu’elle dit « être la plus importante qu’elle ait jamais reçue »

Durant les années 80 et 90 elle continue une brillante carrière , présentant un show à la mémoire d’Ella Fitzgerald, se produisant avec des musiciens tels que Chick Corea et Joe Henderson, donnant des concerts dans des festivals historiques comme le New Orléans Jazz & Heritage Festival ou le San Francisco Jazz Festival et enregistrant de magnifiques albums avec le trio du pianiste Hank Jones, ou des albums de soul de grand luxe qui laissent sans voix ( sic ) sa cadette Anita Baker .
Une très grande dame, qui, a près de 80 ans, continue de se produire dans des endroits très choisis et dont la rareté des apparences en fait toute la valeur.
Hats off to Lady Nancy !

Ecrit par Gilbert D'Alto

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone