Portrait : Selim Nini

MDcol-79

Dans ce numéro spécial Saxophone du Jazzophone, il était normal de parler de l’un des plus brillants jeunes saxophonistes  de la région PACA, Selim Nini.

Né à Toulon le 25 novembre 1982, il commence la musique par l’apprentissage du  piano en autodidacte à 14 ans, âge où il découvre le jazz, puis prend 2 ans de cours avec Elie Portal, pianiste et leader du Big Band Open Jazz. Si le piano le passionne (il le pratique encore  assidûment aujourd’hui), la rencontre avec le saxophone sera néanmoins décisive quant à son orientation. Il découvre l’instrument à 17 ans, à travers Stan Getz  et le disque « Getz/ Gilberto » que l’amateur de musique brésilienne qu’il est également aime particulièrement, et le travail du saxophoniste cubain Paquito D’Rivera. Il commence alors à écouter, grâce à son inscription dans une médiathèque, beaucoup de saxophonistes, majoritairement des ténors, mais choisit pourtant l’alto, qu’il commence à pratiquer, en écoutant les maîtres Paul Desmond, Cannonball Adderley, Jackie Mc Lean, jusqu’au choc de la découverte de Charlie Parker, qui agit comme une révélation. A 21 ans, il s’inscrit à la fac d’Aix en Provence en musicologie et au conservatoire où il suit les cours de Jean-François Bonnel puis à Marseille où il devient l‘élève de Raphaël Imbert.

Il part ensuite deux ans à Marrakech, où il se produit en club et en boîte de nuit, et fait l’apprentissage du métier. A 24 ans, il arrive à Nice pour y rejoindre sa compagne de l’époque, danseuse brésilienne rencontrée au Maroc, et intègre le CNRR sous la direction de Jean Marc Baccarini. Il rejoint également la scène locale, et vu son talent, se retrouve à jouer régulièrement avec les meilleurs musiciens du coin, tels que François Chassagnite, Ronnie Rae, Jean-Marc Jafet, Olivier Giraudo, etc…

En 2008, c’est la création de Jimi Brown Expérience, où il partage les parties de sax avec son alter alto Sébastien Chaumont, avec lequel il se produit au Nice Jazz Festival 2012.

En 2008 aussi, il est l’invité spécial du trio de Fred D’Oelsnitz avec François Gallix et Stéphane Foucher. Un grand succès “qui ne doit pas rester une anecdote” (François Gallix),

Il  fait ensuite partie pendant 3 ans du groupe Mellow Swing,  il a récemment accompagné la chanteuse Deborah de Blasi, avec laquelle, il se lança dans le jazz manouche, et 2015 a crée un « Hommage à Charlie Parker » à la Cave Romagnan, qu’il présenta ensuite au Festival de Ramatuelle. Un musicien passionnant, à suivre absolument.

selimnini.wordpress.com

Ecrit par Gilbert D'Alto

Un commentaire

  1. Pingback: #PORTRAIT Selim Nini par Gilbert D’Alto | Imago records & production

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone