#Chronique : « Only the strong survive » de Bruce Springsteen

Bruce Springsteen dans Le Jazzophone ?  Y’aurait -il  une erreur de casting ?  Nullement, car c’est un pur album de SOUL music que le ténor du New Jersey nous délivre ici, un hommage vibrant à cette musique des années 60 et 70 que le Boss adore et qu’il nous fait partager.

Et pour ce vibrant hommage, il a laissé la guitare, les compositions et les textes au garage. Il n’est ici que chanteur, et quel chanteur ! Revisitant l’héritage de cette musique, il reprend à son compte des titres rendus célèbres par les Commodores, les Temptations, Aretha Franklin, les Four Tops, Curtis Mayfield ou Diana Ross & The Supremes, Un sans -fautes d’un goût trés sur , et comme disent les Anglo-saxons , « a labour of love ». L’amour de Springsteen pour cette musique transparait à chaque sillon, chaque inflexion de voix. Accompagné par les cuivres du E Street Band, et un aréopage de musiciens et de choeurs triés sur le volet, il donne à chaque reprise la ferveur qui habitait les originaux, tout en montrant à quel point cette musique est intemporelle. Comme il ‘avait fait auparavant avec « The Seeger Sessions » pour célébrer et revitaliser la musique folk de Pete Seeger et Woody Guthrie, inspirateurs premiers de son maître Dylan, il fait pareillement un clin d’oeil et un salut aux grands maîtres « soul » d’antan, Marvin Gaye, ou Otis Redding… Une fascinante relecture, même si la soul d’aujourd’hui se trouve plus chez Valerie June ou Beyoncé, qui elles aussi connaissent leurs classiques… Une réussite totale, et un disque essentiel !

Ecrit par Gilbert D'Alto

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone

%d blogueurs aiment cette page :