Franco Cerri – La guitare Jazz en Italie

Pourquoi écrire des articles sur le jazz italien ? Pour différentes raisons, la première est géographique. Ici sur la Côte d’Azur, nous sommes vraiment à côté de l’Italie et la musique comme langage et véhicule de communication permet beaucoup de rencontres et collaborations entre les musiciens italiens et français. La deuxième est que le premier disque de l’histoire du jazz a été publié par Nick La Rocca un trompettiste italo-americain né à New Orleans mais d’origine italienne. Les autres raisons sont que l’histoire du jazz est remplie de musiciens d’origine italienne, des pionniers comme Joe Venuti (Giuseppe Venuti) Eddie Lang (Salvatore Massaro) ou Buddy de Franco, Stéphane Grappelli, Tony Scott (Antonio Sciacca), Joe Pass (Giuseppe Passalaqua), Henry Mancini (Enrico Nicola Mancini), Lenny Tristano, Al Viola, Chick Corea, Al Di Meola, Joe Lovano, John Patitucci et les crooners Frank Sinatra, Dean Martin et Louis Prima…

Ok, c’est clair on a beaucoup d’italiens dans l’histoire du jazz, nous sommes d’accord, et également beaucoup de musiciens de jazz en Italie. Et pour le Jazzophone, je veux parler du père de la guitare jazz en Italie, Franco Cerri, né en 1926, avec qui j’ai eu la chance de collaborer quelques années. Il débute en 1945 avec l’orchestre de Gorni Kramer, et en 1949 il joue avec Stéphane Grappelli et Django Reinhardt pendant deux semaines à l’Astoria club de Milan. Pendant les années suivantes, plusieurs collaborations avec Lee Konitz, Gerry Mulligan, Shirley Bunnie Foy, Tony Scott, Billie Holliday et Chet Baker (dans l’enregistrement de « Chet Baker in Milan », il joue de la contrebasse). Il a aidé la diffusion du jazz en Italie avec la direction pour la télévision de beaucoup de programmes dédiés à cette musique. En 1973 il forme un nouveau groupe avec les meilleurs jeunes musiciens de l’époque, la crème de la crème : Pino Presti à la basse électrique, Tullio de Piscopo à la batterie, Giorgio Baiocco au saxophone et Nando De Luca au piano,. La sonorité change, devient beaucoup plus âpre et électrique. Franco est très connu pour sa manière d’harmoniser la musique. En Italie on dit souvent entre musiciens « joue des accords à la Franco Cerri ».

Une carrière très, très, longue. Beaucoup de belles rencontres, plusieurs livres didactiques écrits sur la guitare, une discographie énorme avec les plus grands musiciens et, en 1987, il devient professeur et président de l’école de musique Civica à Milan.

Franco a aujourd’hui 90 ans. Il est toujours en activité et donne des concerts dans le monde entier. C’est une personnalité dotée de beaucoup d’humour et d’énergie, c’est vrai que la musique rallonge la vie et fait rester jeune dans l’esprit !

 

Ecrit par Claudio Citarella

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone