#CHRONIQUE Jowee Omicil  »Love Matters » mélange de jazz et de musique du monde

Avec son nouvel album « Love Matters », Jowee Omicil témoigne encore une fois de son talent d’arrangeur et de ses idées novatrices. Sur cet album, il va comme à son habitude dédicacer tous les morceaux à une cause ou à un artiste, de Mozart à Fela, en passant par Thelonious Monk pour ne citer que les plus connus.

Tout comme son premier album, il est très varié, avec des sonorités des quatre coins du monde unifiées grâce au jazz. Ce ne sont pas seulement les talents d’orchestration de Jowee qui sont mis en valeur mais aussi ses talents de musicien. Encore une fois, il utilise de nombreuses techniques et des manières de jouer qui semblent provenir de divers endroits du globe, comme dans Rara Démaré qui prend des teintes brésiliennes mais aussi africaines. Il joue d’un instrument à vent sur un rythme qui se rapproche des percussions, et sur son morceau Mozart Bash ! il joue la partition pour piano d’une œuvre majeure de Mozart à l’alto. Ce sont tous ces détails qui font du travail de Jowee quelque chose d’original et d’unique. Il incorpore aussi des éléments relativement modernes à sa musique : sur « De L’Orient » la basse acoustique remplace la contrebasse donnant au morceau une autre tournure. Autant d’éléments qui font de sa musique quelque chose de différent tout en restant dans la tradition jazz qu’il explore à sa manière.

www.joweeomicil.com

Ecrit par Gaëtan Juan

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone