Le Souffle italien

Le Jazz et L'italie : Rosario Giuliani photo Claudio Citarella

Dans cette rubrique du Jazzophone, dédiée au Jazz péninsulaire nous allons vous parler d’un instrument qui représente réellement la voix du jazz, et nous allons explorer ensemble l’histoire du sax dans le jazz italien. Hélas, impossible de parler de tout ; j’ai choisi mes préférés, sinon la liste serait très très longue…ne m’en veuillez pas si vous ne trouvez pas « votre » saxophoniste italien dans cet article.

Commençons avec Gianni Basso, il débute son activité en  1946, et devient  très connu en Italie à partir des années 50  grâce à son quintet avec Oscar Valdambrini à la trompette et par ses  collaborations avec Chet Baker ou Billie Holiday; il a  aussi fait partie de big-bands très importants  comme le « Kenny Clarke/Francis Boland Big Band » ou le « Maynard Ferguson Big Band« . À la même période, Giancarlo Barigozzi commence son activité de musicien; très apprécié aussi comme flûtiste,  il a collaboré avec Pino Presti, Giorgio Gaslini, Giorgio Buratti et aussi avec Gerry Mulligan, pour l’album  « Mulligan mets Intra”.

Puis dans les années 90 il  arrête sa carrière de musicien et ouvre un studio d’enregistrement à Milan  le “Studio Barigozzi”, lieu qui  devient tout de suite un point de référence par lequel  tous les musiciens de jazz Italiens et internationaux sont passés, de Max Roach à Dizzy Gillespie,  de Tony Scott à Art Blakey et  beaucoup d’autres. À la même époque nous avons Gianni Bedori un musicien raffiné et très demandé comme session-man par les  plus grands artistes.

Très bon compositeur aussi , pour sa suite de1974 « Dedicated to Picasso » il recevra les compliments de la critique  italienne pour la création d’une pierre angulaire du  new  jazz Italien,  et sa ballade, “Jésus last ballad” sera reprise par Bill Evans et Toots Thielemans sur l’album « Affinity » publié en 1979. D’une autre génération, deux  météores du sax, Massimo Urbani et Larry Nocella  qui ont en commun une vie d’excès, une personnalité fragile, un caractère difficile et une fin prématurée. Pour ma part ce sont là les deux vrais révolutionnaires du saxophone en Italie, qui sont hélas partis trop tôt.

Mes préférés actuels sont Tino Tracanna, superbe musicien, prof au conservatoire de Milan, qui a beaucoup joué avec Franco D’Andréa et  fait partie depuis 30 ans du quintet de Paolo Fresu. Ainsi que le clarinettiste et Saxophoniste Gianluigi Trovesi, qui a une très longue carrière internationale avec beaucoup de Disques enregistrés à son nom pour le label ECM et en collaboration avec d’autres artistes ; lauréat de prix importants (meilleur musicien jazz de l’année, meilleur  album, meilleur saxophoniste, etc.)

Dans la dernière génération on a de  superbes musiciens relativement jeunes, mais déjà très affirmés et très connus en Europe comme Stefano Di Battista (venu plusieurs fois à Nice et à Juan) Max Ionata, Rosario Giuliani  ( photo) ou Massimo D’Avola, tous avec d’importantes collaborations, un maximum d’albums sur le marché  et surtout toujours en tournée dans les clubs  et   festivals en Europe. À propos de festivals, je vous rappelle que à LAIGUEGLIA (Alassio) du16 au 19 juin il y a Percfest, un festival de jazz absolument gratuit et dans ce charmant village de pêcheurs il sera  très facile de rencontrer et d’écouter quelqu’un dont on vous parle dans ce numéro.

Ecrit par Claudio Citarella

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone