#LiveReport : Jazz EntreVoux

La rédaction du Jazzophone n’a pas hésité a envoyé son reporter au-delà  du département, pour découvrir (et vous faire découvrir) ce nouveau festival de Jazz dans les Alpes de Haute Provence (04). Le lieu : le village médiéval d’Entrevaux. Les organisateurs : les Chevaliers d’Entrevoux. Le petit plus, on peut y aller en train (le fameux train des pignes) grâce à un billet couplé. Le programme : trois soirées à l’ombre de la citadelle Vauban.

C’est donc à la dernière date de cette première édition  qu’a assisté votre serviteur. Avant les premières notes, le quartet d’organisateurs trinque à la réussite indéniable de ce beau projet, puis, les cloches de la cathédrale sonnent neuf fois, place à la musique. Les invités, André Ceccarelli, parrain du festival en trio spécial avec Eric Légnini et Thomas Bramerie. Le groupe commence par jouer des compositions du pianiste dont une très belle version de « If Only For a Minute », chantée en son temps par Hugh Coltman.

Après une longue et superbe introduction au piano solo, on reconnait le fameux thème de Monk « Round Midnght » que le trio sublime grâce aux fines interventions d’André Ceccarelli et les belles lignes de basse de Thomas Bramerie.

Le premier set se termine par un passage en Afrique. « Casa Bamako ». La frappe du batteur nous transporte  au Mali dans un solo dont il a le secret puis les notes du piano et de la contrebasse complètent le voyage. Le temps de se rafraîchir et de  contempler le cadre magnifique de ce village, les musiciens reviennent pour un second set qui débute par un hommage à Thomas Bramerie. Rythme brésilien et quelques échanges de haute volée entre Eric Légnini et Thomas Bramerie. Musicalité et écoute pourrait bien définir ce trio. Un thème par-ci, une reprise par là, on arrive vite à la fin du concert dans un long blues, presque une jam de fin de soirée, qui se prolonge d’ailleurs dans le rappel et devient un boggie woggie endiablé (osé au pied d’une cathédrale). Nous serions bien restés un bon moment encore avec ce trio mais le train qui ramène une partie des spectateurs dans la plaine n’attend pas.

Entrevaux on reviendra !

https://www.facebook.com/Jazzentrevoux/

Ecrit par Jacques Lerognon

Un commentaire

  1. Pingback: « Hot fun in the Summertime » : les Festivals d'été | Le Jazzophone

Laisser un commentaire

  • Les concerts Jazz et +

  • Le Jazzophone